02/01/2013

BOB Distance Courte par Tarsonis



Bon c'est parti, je me lance dans la création d'un BOB ! Il m'en aura fallu du temps, mais ceci compile en réalité une bonne foule de bricoles que j'embarque en randonnée. Des fois j'en oublie un peu, des fois j'en ai un peu trop, alors ici je compile ce que me semblerait le mieux pour un BOB pour rejoindre mon point de chute.



Comme je l’ai expliqué dans un autre post, en cas de gros soucis, j’ai une distance à parcourir pour le rejoindre assez faible par rapport à certains d’entre vous. Elle oscille entre environ 70km en ligne directe en suivant un chemin direct le long d’une voie ferrée, et 120km maxi en étant complètement à couvert : pas de chemins, endroit pas fréquenté en pleine forêt.

Cette distance peut paraître assez faible mais c’est tout de même en partie en montagne, donc je compte en gros de deux à quatre jours de marche si on est (2 personnes) en forme, et de quatre à huit jours si on est plutôt mal en point.

Le point de départ varie en fonction du jour soit d’un petit village, soit d’à peine plus loin, en ville moyenne (banlieue). Je privilégie cependant le plus possible la rapidité pour rejoindre mon point de chute. Ce BOB doit donc être prêt et très léger afin de passer presque inaperçu (les campeurs suréquipés du coin ferraient de bonnes victimes à mon avis. Un atout que je privilégie aussi est l’apparence de complet néophyte en randonnée (fringues pas trop adaptées, pas de piquets de marche en alu, d’apparence pas équipé donc peu enviable). Cela fait rire assez souvent les « pro » de la marche durant les périples, mais cela m’allège considérablement le sac et cela prends en compte le fait que je serais sans doute amené à partir en « fringues de ville » avec mon BOB ; du genre à la radio : « catastrophe à la centrale de Fessenheim » ou « omerta dans une zone de 100km autour de … » ou encore « problème de ventilation dans le P4 de Lyon, le virus de la variole s’est répandu dans la zone urbaine avoisinante », bref tous les cas possibles (largement décrits d’ailleurs dans vos présentations) qui nous forceraient à partir à l’arrache, nous laissant entre 1 et 5 minutes de réflexion chaotique.

Le point de chute est une ferme de type 19e, perdue dans une vallée à l’abandon (enclave entre deux montagnes) avec terrain (passablement cultivé voire à l’abandon), des provisions pour au moins trois mois, reliée à EDF (mais avec un groupe électrogène), téléphone et une source d’eau (indépendante du réseau d’alimentation), bien isolée avec beaucoup d’outils.

Donc mon BOB aura besoin de beaucoup moins de matériel que la plupart d’entre vous, qui ont plus de chemin ou d'obstacles à franchir. Je le veux volontairement minimaliste. Je connais assez bien le chemin et ses climats (qui changent radicalement entre le début et la fin du parcours) et pense que la nature environnante est vraiment avec nous plutôt que contre nous, comme voudrait l’insinuer le monde occidental (films d’horreur dont la moralité est qu’on n’est jamais mieux que chez soi, les reportages stéréotypés sur les randonneurs et les dangers présents à chaque coin de forêt…).
Comme le décrivent si bien les guides de survie, on peut survivre presque indéfiniment dans une forêt tempérée à condition de bien la connaître…Du printemps à l’automne, la végétation croule sous le poids de ses fruits (nombreux vergers à l’abandon) et de l’automne au printemps, beaucoup de plantes à tubercules ou bulbes sont délicatement en attente…de se retrouver dans la liste des ingrédients d’une galette.

Si la possibilité en est, j’opte pour le vélo (voire la voiture) qui nous permettrait d’arriver encore plus vite, donc le sac doit être confortable à porter et petit (pas de parties à ajouter dans des poches, dans le cas d’un départ précipité à pied).

Il ne contiendra pas ce dont je pense avoir besoin, mais en grande partie de tout ce qui m’a fait défaut durant les précédentes randonnées comme les Transvosgiennes (9 jours en moyenne) ou le chemin de Compostelle (réalisés uniquement avec une tente, sacs à dos, sacs de couchage, vêtements et nourriture, et sur plusieurs jours.

Durant la randonnée, il est très rare que j’aie besoin de sortir un truc du sac, donc il est majoritairement prévu que j’aie à déballer le soir ou le matin (précision quant au côté compact, donc moins pratique de ce choix).

La boite contenant le plus de trucs dans mon BOB est une boite à sucre. Le précédent était ultra-minimaliste (bien éprouvé) dans une boite en acier à thé (type L*pt*n), mais je trouvais qu’il me manquait quelques trucs et donc un peu de place.

La boite :

Elle est séparée en compartiments grâce à des bouts de carton, qui sont très utiles si on doit démarrer un feu (le bois est très souvent humide dans cette région.
Comme presque tout ceci m’a fait défaut (à des moments différents), je joins une justification.

De gauche à droite :

1er compartiment

De l’argent, environ 40€

C’est peu, mais c’est surtout si je dois emprunter par exemple un car de la SNCF (qui transitent dans des villages perdus). C’est un cas qui ne sera sûrement pas présent en crise, mais à ne pas mettre de côté. En effet, durant une Transvosgienne, la fin de notre parcours, nous étions censés prendre ce bus…mais aucune gare dans la ville, ni distributeur d’argent, et le chauffeur refusait tout autre moyen de paiement que l’espèce. Il était de très mauvaise foi en refusant que l’on paye par exemple une amende par CB, ou alors à l’arrivée au distributeur…. Un cas à voir pour le croire donc ce furent 15 bornes à pieds + du stop.

1 Enveloppe pré timbrée avec une feuille dedans.

Elle permet d’envoyer si les services postaux fonctionnent encore une lettre (attention aux infos dedans !) pour prévenir et rassurer qui on veut.

1 tige de stylo bille et 1 crayon de papier
Le second au cas où le stylo à encre ne fonctionnerait plus….
Autour du crayon sont enroulés 5m de ficelle de boucher, qui m’a souvent fait défaut pour attacher des trucs aux sacs (bouteille qui tombe), et pour le campement (attacher un sac de nourriture en hauteur). Je précise que cette ficelle est graduée en cm sur le premier mètre. Ceci permet d’estimer au mieux les trajets sur les cartes IGN.

4 post-it
Pour écrire et coller (poteaux, murs…)

1 craie
Pour écrire sur le goudron, comme par exemple si on devance un peu un groupe (arrive souvent) et que l’on souhaite indiquer (ou fausser) le chemin qu’on a pris.

2 sifflets cartouche
La construction est très simple : vous prenez une cartouche vide, la coupez en biseau et vous obtenez un sifflet aigu portant à plusieurs kilomètres. Très utiles lorsque quelqu’un part en reconnaissance et souhaite avertir le reste que c’est le bon chemin (évite donc les allers retours…).

1 Couverture de survie 2m*3m
De quoi emballer deux personnes. C’est à mon avis un élément essentiel au vu des nuits gelées qui peuvent survenir dans la région.

1 filet à patate plié
Il arrive souvent que je récolte et transporte divers objets en chemin : noisettes, patates, champignons (qui craignent par exemple l’étouffement dans les sacs). Ce filet permet d’accrocher tout cela au sac à dos. En outre il pourrait servir à capturer des poissons (à essayer…).

1 Sac en coton 60cm*60cm.
Au cas où on ramasse des objets le long du chemin, ce qui sera sans doute le cas. Sert aussi lorsque l’on est trop pressé pour fouiller consciencieusement son BOB en cas d’urgence : on verse tout dedans d’un coup et on repart illico.

1 bouteille en plastique très souple graduée
C’est l’emballage qui contient du sucre en poudre dans le commerce. Cela forme une gourde d’un demi litre qui peut être déballée et repliée sans soucis. Sa souplesse fait aussi qu’on peut la remplir dans n’importe quel sens (au lieu de plier la bouteille en douze en cas d’endroit trop petit comme dans les toilettes de station_services).

1 miroir rond 50mm
Pour se regarder avant de rentrer dans la civilisation (comme l’a judicieusement fait remarquer un membre : une cravate et une coupe soignée et on vous considère autrement !)
Il permet en outre d’envoyer un signal de loin (en cas de soleil bien entendu !)
Il se trouve dans ce compartiment car intercalé dans la couverture de survie pour éviter les chocs.

2e Compartiment : Partie plus ou moins médicale et alimentaire.

4 rinces doigts désinfectants
On arrive que l’on ait à manipuler, mais on a souvent les mains pleines de terre (soins après une chute par exemple). Ces lingettes désinfectent et évitent d’utiliser de l’eau.

2 Petits savons

2 filtres à café
Très utile car il y a de nombreuses sources sur le chemin, mais assez sableuses, ou aussi les cours d’eau qui regorgent de bouts de végétaux. Le filtre tient mieux que le papier.

2 boules Quiès
C’est plutôt pour les campings et leur habitants, plus très respectueux de la nature ces temps-ci. Cela permet aussi de ne pas entendre tout le bazar qui se produit la nuit quand on dort en forêt !

1 pince à épiler
Permet d’enlever aussi bien les échardes que les tiques.

1 Tire-tique
Qui sont très présentes dans ma région et qui transmettent toutes sortes d'horreurs...

1 tube de superglu
Au vu du topic (et des tests que j’ai fait), je le recommande vivement. Cela permet de recoller rapidement deux bouts de peau, comme par exemple après une coupure nette et profonde au cutter et de permettre une cicatrisation plus rapide. Attention, recollez la surface et non pas la tranche (infection) ! Cela sert aussi quand on a cette petite écorchure sur le bord de l’ongle, très handicapante car on est amené à beaucoup manipuler !

1m de scotch brun (4cm de large)
résistant, autour du tube de poivre.
Aussi bien pour réparer une toile de tente, une bâche, ou un jean déchiré (oh que c’est beau !), que pour réaliser un pansement avec les rince doigts ; sert aussi pour stopper les débuts d’ampoules. On applique une large bande sur la zone et les frottements (pieds, cuisses, épaules) disparaissent.

20 micro-purs

A utiliser en dernier recours après l’ébullition.

2 amoxyciline
En dernier recours également car détruit toute la flore intestinale.

4 sachets d’ultra-levure
Permet de restaurer une partie de la flore intestinale qui aurait pu être détruite par les micropurs ou un antiobio large spectre…

4 comprimés de busserole
Pour prévenir les cystites, qui risquent fort d’apparaître en situation de stress intense.

1 dose de Monuril
Au cas où elle se serait déclarée.

4 pansements larges (10*5)

Quelques feuilles séchées de citronnelles
Pour éloigner ces sales moustiques par friction.

15mL bétadine iodée
En cas de danger de type nucléaire, si l’on a pas ou plus de pilules d’iode, on peut à la limite se tartiner 6 à 8 mL de ce produit sur la peau afin de saturer la thyroïde.

5mL de parfum alcoolisé
Un must sans la trousse de survie pour désinfecter les petits bobos le long du chemin.

8 dafalgans 500mg
Pour soulager certains maux (jamais utilisé mais on sait jamais).

Quelques autres médicaments perso

2 masques chirurgicaux FFP2
Pour les rencontres clairement à risques comme les cas d’épidémies.

2 tampax
Aussi bien pour parer un début d’ennuis de ma moitié (le cycle peut se dérégler complètement et cas de stress) que pour avoir un filtre efficace.

1 plaquette de pilules
Oubliée de temps en temps en rando donc en cas de crise….

Deux gants stériles emballés

1 Stéribox (côté de la boîte)
C’est à la base prévu pour que les héroïnomanes puissent s’injecter leur dose en toute sécurité, mais elle peut également rendre pas mal de services.
Elle contient deux seringues stériles (injections d’urgence), si on trouve les produits mais pas le matos stérile, drain de plaie ou de bubons…deux coupelles et du sérum physiologique.

2 préservatifs
Bien que certains en riront, ils peuvent aussi servir à remplir une gourde, stocker un poisson (comme dans une certaine pub…).

6 têtes de rasoirs bilames
Cela douze lames, aussi bien pour se raser que pour découper (toile, ficelle, scotch…).

2mL fucitalmique
Gel ophtalmique ; on en avait eu besoin une fois.

100m de fil de couture et deux aiguilles
Permet de coudre et réparer aussi bien des vêtements que de la peau (ampoules, sutures provisoires…)

Une bougie babyb*l
Elle tient pas mal et est très utile pour démarrer un feu avec du bois humide. Elle éclaire assez bien et permet aussi de chauffer de l’eau. La casserole étant vous l’avez compris cette boite à sucre, ou celle en alu dans le sac.

80g gros sel dans un tube à vitamines entouré de 4 élastiques

10g de poivre noir
Permet de relever un plat fade, mais aussi d’en envoyer sur la truffe d’un chien agressif….

3 cigarettes
A partager ou comme retardateur (voir plus loin)

30g de miel dans une petite barquette
Mieux que le sucre car apporte diverses substances nutritives (minéraux, antibactériens etc…) pour le corps et les maux de gorge….

1 bâton de 15cm de réglisse (attention à l’hypertension)
Cela donne un truc à mâchouiller, et cela a pour effet de me maintenir bien éveillé.

1 brosse à dents

4 Compartiment bricolage

3 sachets hermétiques (zip)
Si l’on doit sortir plus longtemps du BOB un outil, de l’argent, une carte…

30 allumettes isolées avec leur grattoir (séparé), le tout dans une pochette hermétique.
Les fortes pluies peuvent pénétrer le meilleur tissu traité. Et je me suis déjà retrouvé à devoir faire un feu avec des allumettes mouillées….

1 râpe noix de muscade 50*10mm
Râper des fruits, du fromage, des cors, un embout de plastique du sac à dos qui gène la marche….

1 pétard K2
Si on veut faire du bruit, une diversion, peur à un animal, avertir au loin…quelques chasseurs un peu éméchés.

1 fusée de feux d’artifices
petit modèle, va à environ 50m de haut en faisant une belle couleur rouge. En cas de détresse.

2 encens 10cm

Permet d’éloigner les moustiques, les animaux, ou servir de retardateur pour le pétard et faire une diversion…

5g colle à rustine

Si on a crevé à vélo, cela dit, c’est une très bonne colle pour le reste.

1 rustine 40*20mm et 1 rustine ronde 20mm
Sert aussi bien à réparer un pneu qu’à faire un excellent allume-feu.

1 briquet

3 clous et 1 punaise
Servent à accrocher tout ce que l’on veut : bougie au bout d’un bâton, planter un clous (dernier recours) dans un arbre pour fortifier la tente avec un câble….

1 aimant rectangulaire 40mm
Ramasser des aiguilles, les aimanter pour avoir une boussole de fortune (qui m’aurait bien aidé pour un trac précis lorsqu’on s’est perdu dans la forêt vierge allemande dans une Transvosgienne, faire tenir un post-it sur un panneau de la circulation…

2 lames de cutter en partie recouvertes de scotch
Découper proprement de larges carrés de toile, tissus, scotch, papier, lacets…. Recouverts à moitié de scotch afin de ne pas se coupes les doigts par une fausse manœuvre.
1 loupe 40mm protégée en plastique Faire du feu sans allumette, voir de plus près si on a une tique… Emballée par un papier carton pour ne pas qu’elle se raye.

1 loupe 20mm
Au cas où, mais combinée avec la première et la règle, on peut faire une longue vue de fortune.

1 râpe carrée à pneu 1cm*1cm

Pour râper le pneu avant de coller une rustine. Set aussi de râpe tout court quand l’autre est trop usée.

1 boite à mines

Elle contient pour l’instant les aiguilles, épingles et clous.

Une demi fourchette
Oubli par excellence lors des ballades : la fourchette. Surtout lorsque l’on
a pour midi une superbe boite de thon à la catalane…

3 Scies à métaux de 6cm
Idem que le cutter : découper, scier. Cela m’a servit une fois pour scier
une chaîne (maillon assez mince tout de même) qu’un abruti avait
accroché à mon vélo.

1 attache de pâtes

Sert à refermer tous les paquets avec soin…

1 attache scratch
Comme ci-dessus, mais à l’avantage d’attacher aux tissus.

1 couteau suisse

Comme tout le monde, le truc à tout faire : ciseaux, lames, scies, lames à
poisson, tire-bouchon, ouvre-boîtes (alors ça c’est le plus énervant
quand on est au bout du monde !).

2 embouts de tournevis : cruciforme et plat.
De quoi dévisser pas mal de choses, s’adaptent à l’outil ci-dessous.

1 outil pour désosser ou réparer un vélo :
Il est attaché à l’extérieur de la boite et possède tous les embouts pour démonter un vélo (et bien d’autres choses…)

1 bout d'écouteur métallique

A de petits trous et permet de remplir une bouteille d’eau en évitant les plus gros déchets.

12 amorces de pistolet à pétard
Permettent de faire du bruit ou de bonnes amorces électriques : Allumer la fusée de détresse précisément. Sert également à donner un léger coup de fouet au démarrage d’un feu.

Un boulon et son écrou
Cela peu paraître absurde, mais pour attacher par exemple une longue plaque de métal ou de plastique. L’attache est solide.

150g graines de luzerne
Permet lorsqu’on ne consomme plus trop de nourriture vivante de faire des
graines germées (environ 500g). Très riches en protéines, vitamines et
minéraux. A tremper à chaque fontaine, en utilisant un petit sac en
tissus ou celui de coton cité plus haut…

2 gros élastiques
Ceux qui entourent et scellent la boite (un seul est plus que suffisant).
Cela permet d’attacher solidement tout ce qui tombe du sac. De faire un
garrot, faire tenir solidement un pansement, faire un lance pierre….

1 règle 15cm
Pour tout ce que l’on veut mesurer : carte IGN, faire une règle de Thalès pour le dénivelé….

1 pompe à vélo de fortune avec un adaptateur petite valve

Pour regonfler un pneu sans pompe (cf topic sur vélos en tous genres). Il
s’adapte à une bouteille d’eau, de préférence celle que l’on a dans le
BOB (…).

5 Partie électricité et grande place

1,5 m de câble 16A
Pour faire une dérivation, attacher un gros objet (le câble est très solide), grimper à un arbre avec l’astuce des chaussures.

2 fusibles 10A
Prend peu de place, donc au cas où….

1 petite boite de composants comprenant
Des résistances (dont une ajustable), des diodes simples, deux diodes au
germanium, une cellule solaire 4V, quelques condos, et 1m de câble fin
électrique.
Le tout me permettant de faire un tout petit module électricité qui fournit grosso modo 3,5V.
La deuxième utilité est de pouvoir aussi fabriquer une mini poste à galène au cas où plus rien ne fonctionne avec :
la diode au germanium, un condo, le gros fil de cuivre pour l’inductance,
le condo variable de la radio MK484 (plus bas), les 20m de fil de cuivre émaillé (plus bas) pour l’antenne et l’écouteur cystal pour la sensibilité. La schéma est très simple à mettre en œuvre, et il est intéressant de constater que la diode détectrice peut être remplacée par une mine de crayon sur une tâche de rouille (cf wiki…), ou plus largement, tout contact imparfait entre deux conducteurs, qui crée une mini diode.

1 batterie fine de portable 3V Li-Ion
Ça j’en suis assez fier : faire fonctionner un cellulaire avec cette
batterie rechargée (avec la cellule solaire) montée en dérivation sur
l’autre. C’est peu de chose, mais on est content quand ça fonctionne en
pleine cambrousse.

1 clef USB 2Go métallisée (bientôt recouverte d’alu)
Contenant tous mes papiers administratifs scannés dans plusieurs formats,
quelques logiciels (dont celui de gestion des stocks, voir topic),
plusieurs manuels de survie, le site Olduvaï archivé… Tout ceci en
attendant une clef USB de 16Go que je prépare et qui contiendra une
multitude de manuels, guides, un OS, des logiciels, musiques, l’archive
wikipedia en français (indépendante de wikitaxi), beaucoup de cours et
de romans.

1 jeu de cartes
A ne pas négliger si l’on doit attendre : gare, lieu de transit, camp de fortune, reconnaissance, garde…

1 Calculatrice fine (1mm) solaire 1,5V
La cellule solaire est cassée, je la remplace avec celle de 4V avec une
résistance chutrice de tension. Cela permet de faire quelques calculs
avec la carte : distances, dénivelés, durée, fréquence de résonance
d’un circuit LC (accord de ma radio).

4 Condensateurs 10000uF et 5000uF
Voir topic électronique : permet d’être rechargés très vite et d’alimenter
la radio une dizaine de minutes et une LED environ 4 minutes....en
attendant que je trouve les fameux condos goldcap...

1 barrette à composants
Cf le topic électronique. Elle permet de relier plusieurs composants entre eux rapidement et sans soudure.

1 Module de production d’électricité à manivelle
Voir également le topic électronique (35V alternatifs, 15 continus sous
600mA). Permet de recharger les condos (pas encore essayé avec la
batterie Li-Ion), et alimenter ce qui en a besoin (prochain essai avec
une batterie d’ordinateur portable).

1 radio AM 150KHz / 3MHz
Voir topic sur la construction de cette radio (excellente réception et
sensibilité, nombre de composants très restreint, plusieurs centaines
d’heures d’écoute sur une pile 1,5V). Pour écouter, surtout si on fuit
la région à cause d’une catastrophe. J’ai également joint à la boite
tous les composants pour un remplacement : MK484 en quatre exemplaires
(emballés dans de l’alu), résistances, condos…ainsi que le schéma
imprimé du circuit et une petite notice d’utilisation.

1 écouteur crystal.
Il permet d’obtenir une sensibilité accrue de la radio, tout en consommant beaucoup moins, et sert aussi pour le circuit anti-moustiques.

30m de fil de cuivre émaillé 0,3mm enroulé autour d’un condo 400V
Permet de faire des raccords électroniques, mais également d’attacher divers objets entre eux si les cordes ne sont pas assez solides. A titre
d’exemple, alors que la chaîne de mon vélo avait cassé, j’avais ai pu
relier les deux bouts avec plusieurs tours de ce fil temporairement et
cela a tenu une bonne dizaine de km sans trop forcer…
Pour faire un collet à petits animaux.
Il permet également de former une nouvelle bobine d’accord pour l’antenne de ma radio sur la barre ferrite. Et enfin il permet d’attacher et suspendre les objets chauds (casserole par exemple)….

2 sucres
Pour les raccords électriques de puissance.

3m de ficelle type sisal




La boite est scellée par les deux gros élastiques. Sur le dessous est joint un manuel complet de secourisme.
Non pas pour moi mais pour ma compagne ou la personne qui pourrait me
retrouver en sale état et ne pouvant administrer les soins (voire aussi en cas de syndrome chimpanzé...).
Également un numéro spécial traitant de presque tous les dangers
bioterroristes (signes, symptômes, temps d’incubation etc…)
Y est une lampe LED blanche (très puissante et directive).













La boite avec les bouquins, la lampe et l'outil à vélo avoisine les 1,5Kg


Photocopies de mon chemin sur cartes IGN 1/25000, car trop chiantes à déplier, avec ma zone maximale à couvrir. Une de chaque endroit de départ et d’arrivée (astuce de Mado).

Les cartes IGN sont très pratiques mais prennent à mon goût beaucoup de
place, prennent le vent lorsque l’on a à les déplier, prennent trop
l’humidité (je me suis retrouvé avec une zone effacée alors qu’elle
était protégée dans sa poche transparente !) et surtout, lorsqu’on la
plie, la zone autour du pli s’abîme très vite et s’efface en petits
lambeaux.

1 rouleau de PQ
1 petite serviette
1 Boite de 10 lingettes hygiéniques.
Deux gros sacs poubelle transparents 100L
Là ce sera de la franche rigolade, mais c’est le meilleur poncho que j’aie
trouvé pour les randonnées : se déchire peu (j’en ai réduit en petits
bouts), sert de poubelle s’il ne pleut pas, on peut si l’on est habile
découper à la taille voulue, et s’il est assez gros, recouvrir le BOB
en même temps….

Une liste de tout ce qui s’y trouve, et où trouver chaque élément.

Deux feuilles code morse, pour communiquer des messages plus complets avec les sifflets de loin. On peut écrire dessus pour permuter les lettres
si on veut coder un chouïa le message.

Deux sacs de couchage
(en cours d’achat car les précédents ne tiennent plus trop). J'opte
pour la taille mini, qui ne m'a pas déçu lors des précédents voyages.
Penser à mettre un sac à viande dedans.

8 bouteilles d’eau de 50cL
(beaucoup de sources et de rivières sur le chemin)


Le BOB est volontairement minimaliste de ce côté car je compte en partie
sur les très nombreux cours d’eau (la plupart du temps n’ayant même pas
besoin d’être stérilisés) et sources présentes sur mon chemin. En
outre, les 3L que je ne porterai pas seront ceux que je ne
transpirerais pas. Un deuxième sac en bandoulière est prévu à côté
contenant uniquement l’eau (3L). Le format 50cL m'est très pratique du
fait de son rationnement, de la répartition et de l’ajustement dans le
sac.

Elle permet en outre d’obtenir une bouteille vide assez facilement si l’on à a cueillir des fruits (ce week end : 300g de framboises !). Le format représente aussi un avantage quant à la gestion de mes graines germées (voir plus bas) :
le contenant est pile la taille nécessaire et le nombre de bouteilles
me permet d'échelonner les différents stades de germination.

J’ajoute également du film plastique de cuisson au cas où une distillation serait nécessaire. De plus, la rosée (et les pluies) matinale étant dans cette région abondante, il est possible de les récupérer sans aucun soucis avec un linge ou une grande bâche.

1 tablette de 200g de chocolat : cela périme presque pas…
Une boite de bouillons cube

Si l’on souhaite accommoder ce qui suit :

800g de graines de blé tendre + 800 g de lentilles noires + 500g Haricot mungo + 200g de graines de lin scellés.

Directement inspirées de ma consommation quotidienne de graines germées, ainsi que du carnet de voyage du pèlerin de Compostelle (uniquement de graines germées), je pense que c’est un aliment de choix pour les cas comme une migration. Elles forment une alimentation très complète du point de vue nutritionnel si on sait faire les bons mélanges (protéines, glucides,
lipides, vitamines, minéraux….). Elles ont aussi l’avantage de contenir
des éléments « prédigérés » du fait de la présence de nombreuses
enzymes qui ont commencé la transformation de l’amidon en protéines
végétales ainsi qu’en vitamines. De plus, elles apportent une bonne
quantité d’eau, riche en minéraux (possibilité de faire germer avec une
eau distillée, cela marche très bien).

Cela a pour conséquence une digestion sans apport nécessaire en eau, contrairement la plupart des aliments que l’on emporte en randonnée riches en protéines animales, en graisses et amidon. La digestion de ces derniers est lourde (plusieurs heures) et monopolise beaucoup d’énergie (et d’eau) pour l’organisme (coup de barre de 13h). Donc économie d’eau et d’énergie pour l’organisme.

Si l’on contrôle bien chaleur et humidité, il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’eau pour faire germer ; une centaine de mL au fond d’une bouteille sont suffisants (et seront récupérés lors du repas). Enfin, les graines germées n’ont pas besoin d’être cuites comme le riz (que l’on peut faire germer d’ailleurs) donc une économie de temps et d’eau (bien entendu, le feu est essentiel le soir et on peut s’en servir pour les transformer en d’autres produits (galettes ou pain des Esséniens).

Les graines peuvent se conserver très longtemps dans ce contenant (bien
plus que la plupart des dates de péremption) et germer pour former de
la nourriture vivante. J‘ai choisi ces trois graines car elles germent
très facilement, en moins de deux jours (le lin étant également très
riches en lipides de bonne qualité), et la graine germée de blé
contient plus de protéines qu’un steak à poids équivalent (à équilibrer
avec l’alfalfa dans la boite). La germination pouvant être prolongée
plusieurs jours, on a pas le soucis (également avec le kéfir de lait)
de conservation au frais. Si on le souhaite, on peut également broyer
et laisser sécher la pâte au soleil (ou près du feu mais pas trop près
pour ne pas détruire les vitamines) afin de faire des galettes de blé
germé, pouvant se conserver plus longtemps…et être dégustées le long du
trajet.

2 paires de chaussettes
2 caleçons
2 t shirts
2 casquettes
2 pulls ignobles (mais bon, le moment venu cela nous passera loin au dessus de la tête...)
(pas mieux pour le chemin de Compostelle)

1 bâche 4x3m Qui fait office de tente de fortune. Testée deux fois, on se fait pas mal
déguster par les moustiques, mais elle est plus rapide et surtout plus
légère qu'une tente.

20m de corde légère type corde à linge.
 compresses stériles

- bande de contention élastique (foulures, fractures)
- écharpe (fractures) mais peut être improvisée avec autre chose de ton barda je pense
- épingles à nourrice
- trois pansements hydrocolloïdes : multiples usages
20cm de soudure spéciale électronique à point de fusion faible (150°C). Aussi bien pour faire une attache qui se tord dans tous les sens que pour souder deux composants avec un briquet !

Le sac est un 50L environ et contient celui en bandoulière qui permettra de répartir l'eau une fois le trajet commencé.

Le poids avoisine les 12kg (repesé depuis l'edit de ce post, il y avait du bardas en trop dans le sac (pince, soudeur etc..))., répartis dans les deux sacs en 9Kg (soit un peu moins de 10% de mon poids) et 3Kg porté par la seconde personne.

Je pense ajouter divers éléments qui prennent peu de place mais très utiles :
Des grains de kéfir déshydratés, afin de faire le fameux breuvage une fois arrivé (voir topic).
Une petite boite contenant plusieurs milliers de graines de pommes de
terre, d’oignon, de tomates, d’ail, de tabac, d’herbes aromatiques…. cf jardin d'Eden en kit
un kit de pêche, comme décrit judicieusement dans le topic de pêche.
Un module amplificateur de sons, qui sera très rudimentaire mais qui pourrait rendre quelques services : écoute animaux, personnes qui approchent etc…
Un module antimoustique. Très peu de composants, consomme peu et éloigne les sales bestioles !

Voilà, sinon presque tout ce qui est déjà présent a été testé et m’a rendu beaucoup de services en randonnée (sur plusieurs jours). A ceci près que nous avons craqué sur la nourriture ; on a pas pu résister aux petites gargotes locales…..qui abondent dans le coin !

Au niveau du coût, je ne peux rien donner de concert puisque la plupart des éléments sont de la récup ou des bricolages de fortune…

Je serais intéressé par vos tuyaux afin d'ajouter ce que j'aurais pu oublier (ou remplacer un item par un autre plus pratique); à l'unique condition que cela soit léger, prenne peu de place et ne nécessite pas d'investissement (Bob minimaliste).

Tarsonis  

lien vers le forum  
http://le-projet-olduvai.kanak.fr/preparation-en-dehors-du-domicile-f40/bob-de-tarsonis-distance-courte-t2579.htm

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire