02/01/2013

Supporter son portage par Zapata


Le portage, surtout quand il nous incombe, quelle corvée !
Mais on n'a pas le choix, et comme nous ne serions pas capable de nous débrouiller avec un canif et un bout de couverture, pour tout équipement, nous voila comme des escargots, en train de peiner en pleine nature.



Je ne vais pas commencer un texte sur tout le portage, avec les avantages et les inconvénients des sacs à armatures internes ou externes, etc.

Il y a plein d'articles sur le sujet, dans les livres, la presse spécialisée...

Je souhaite juste échanger sur les possibles améliorations que nous pourrions partager, sur le sujet.

Tout utilisateur d'un sac à dos se rend vite compte d'un fait : avec ce type de portage, tout ce qui est dedans est derrière (notre dos).

Résultat, à chaque fois que l'on a besoin de quelque chose, il faut se contorsionner (poches latérales), demander l'intervention d'un tiers, ou bien "débâter", si j'ose dire...

Bien sûr, on peut utiliser les poches des vêtements (surtout s'ils ont des poches cargos), mais en été, les vêtements sont légers et les poches moins nombreuses.

La ceinture banane est une petite possibilité, pour de petits volumes, mais on ne va pas très loin.

Une première solution que j'ai mise en œuvre, c'est une sorte de gilet sans manche, en filet aéré, qui s'enfile avant le sac à dos et qui se termine par toute une série de poches réparties sur tout le tour de notre taille. Utilisé avec un petit sac à dos, ce dernier est alors placé au dessus des poches arrières, et il n'y a pas d'interférences entre ces deux systèmes de portage. Ce type de ceinture multipoche fut trouvé chez Décathlon, lors de promotions...

J'avais aussi songé au gilet multipoches, maintenant bien connu (chasseurs, pêcheurs...). Mais, sa solidité est souvent faible (notamment au niveau des fermetures éclairs), et surtout cela fait une épaisseur de tissu de plus, et déjà qu'avec un sac à dos (surtout sans armature externe), le dos est dégoulinant de sueur...

C'est ainsi que j'ai fini par envisager les "chestwebbings" et assimilés, tous ces systèmes de portage, initialement conçus pour certaines unités militaires, et qui disposent de très grandes poches, toutes situées sur le devant (taille et poitrine) et les côtés du corps (taille), donc immédiatement et facilement accessibles, tout en laissant le dos libre (pour le sac à dos).

Avec ce système, en plus, on produit un rééquilibrage partiel des charges, entre l'avant et l'arrière du corps, ce qui assure une meilleure répartition des charges, et une posture plus droite.

Bien sûr, la présence de ce nouvel équipement, en été, ne facilite pas l'aération (et donc le refroidissement) de l'organisme, mais certaines versions sont très ventilées (tissu en filet).

Ainsi paré, l'on dispose de tout ce qui est d'un usage immédiat (GPS, boussole, radio, éclairage, rations de route, eau, carte, jumelles, petite pharmacie, etc.), sans avoir à intervenir dans le sac à dos, qui contient tout ce qui sera normalement utilisé uniquement à l'étape (couchage, rations des repas principaux, réchaud, rechanges...).

 
Zapata

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire