11/12/2012

Mesures immédiates pour réduire le risque




Se préparer à une grave crise, en achetant des préparatifs, est une chose.

Changer son mode de vie pour éviter d'être pris au piège en est une autre.

Dans ce thread, j'aimerais qu'on aborde les diverses mesures qu'un foyer "typique" devrait prendre pour réduire son exposition au risque d'une récession économique. Cela a sans doute été fait ailleurs, et bien mieux, mais que cela ne nous prive pas de l'opportunité d'y réfléchir.

Par foyer "typique" j'entends un couple avec deux enfants, qui passe son Samedi dans un centre commercial malgré les dettes accumulées à cause de la maison (un pavillon surévalué en banlieue), les deux voitures, et les "crédits révolvers" contractés ici et là (par exemple à l'occasion des fêtes de Noël où il fallait impérativement une Playstation aux gosses...)

A mon avis, le changement de mode de vie ne devrait pas inclure un déménagement ou un changement d'emploi, ce serait trop radical à conseiller.

Mon avis serait le suivant :


Étape 1 : reboucher les fuites d'argent

- faire une comptabilité générale du foyer, pour voir où va l'argent

- pour toutes les dépenses inévitables mais non fixes (le supermarché, le téléphone), déterminer un montant fixe à dépenser par semaine ou par mois.

- Essayer de comprimer et d'optimiser continuellement ces dépenses : apprendre à communiquer vite et efficacement au téléphone (et à ne pas rappeler si on a oublié quelque chose), ne plus acheter de plats cuisinés ou de produits de marque, ou inutiles (Actimel...), se nourrir avec plus de pertinence (moins de viande ou de saloperies chères comme les knackis)

- planifier tous les autres achats, et se restreindre à l'essentiel : plus d'achats compulsifs, pas de renouvellement de garde-robe (qui sera portée jusqu'à l'usure, quitte à porter les habits "de fête"... qui seront out dans cinq ans de toutes façons). On use tout ce qu'on a jusqu'à la corde (ou presque)

- Supprimer toutes les sorties liées à la consommation, comme "faire un tour aux puces" ou passer par le centre commercial. On le remplacera par des sorties en famille dans la nature ou des musées, histoire de se découpler de la société de consommation. La visite de musées peut, si elle est bien menée, flatter davantage l'amour-propre que le fait de consommer, qui je trouve est toujours un peu "sale" (crainte de s'être fait arnaquer, perte d'argent pour d'autres achats , et donc expérience concrète de la faiblesse du niveau de vie etc.)

- restreindre l'accès des gosses à la télé (une heure par jour), au téléphone mobile. Se faire prêter des DVD, ou les emprunter au comité d'entreprise, au lieu de les acheter.


Etape 2 : sortir de l'endettement

- Utiliser le surplus pour se constituer une trésorerie, histoire d'avoir à éviter de recourir au "crédit de consommation". Rembourser tous les crédits à la consommation et assimilés. Renvoyer les cartes types "cartes FNAC" pour ne plus avoir la tentation d'y toucher

- Vendre celle des deux voitures qui rapporterait le plus d'argent et rembourser un crédit avec. La voiture peut rapporter en valeur brute, ou bien en consommation de carburant.

- On évitera de toucher aux objets de confort (meubles de style, bijouterie de pacotille) dont la valeur de revente est faible, mais dont la charge émotive est forte, ce afin de ne pas se mettre la famille à dos pour rien.

- Avoir un Livret A à 2% et des dettes à 7% est débile, il faut utiliser les fausses réserves , qui ne rapportent rien, pour sortir de la dette le plus vite possible.

- le but du jeu est de restreindre les dépenses de telle manière que le surplus qui se dégage puisse rembourser plus rapidement le crédit, qui est le véritable risque. Cela ne marche qu'avec de l'accumulation sur plusieurs années. Dans les faits, il y a tellement d'années en jeu qu'en fait on ne reviendra jamais au niveau de vie qu'on vient de quitter. Même avec un ou deux salaires moyennement élevés, donc, il faut accepter de vivre modestement pour des décénnies.


Etape 3 : se désengager du système

- Avoir un ou deux panneaux solaires (ÉCONOMISER pour les avoir, ne pas les acheter à crédit !), afin d'apprendre à optimiser l'énergie. 
Dans le même esprit, un simple appareil de mesure de consommation (on en trouve dans tous les supermarchés maintenant) aidera déjà à optimiser la consommation.

- Un peu plus "hardcore", avoir son propre potager et inclure les enfants dans ce travail. C'est la honte suprême dans les banlieues pavillonnaires mais bon vu le prix des légumes de nos jours c'est au moins équivalent financièrement, meilleur qualitativement, et cela constitue un filet de sécurité supplémentaire en cas de chômage / récession.

Andros

 Olduvaï (blog et forum ) est protégé par le droit d'auteur ; de fait, toute copie de nos articles, photos, etc, est soumise à autorisation préalable.  

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire