12/01/2013

Didacticiel pour fabriquer un conteneur de stockage étanche par Rammstein




En contemplant mes sacs de riz empilés dans la cave, je me suis dit qu'il serait temps de songer à un moyen de protéger efficacement la précieuse denrée des outrages du temps et des manipulations malheureuses....

 Rien n'est plus bête en effet que de répandre 5kg de riz Basmati parfumé à la rose sur le sol de sa cave...

J'ai donc réfléchi à un contenant, qui serait également valable pour d'autres types d'objets : vêtements, matériel électronique, archives personnelles, magazines Playboy...

Il y a également ces gros bidons utilisés par les kayakistes, entre autres : 
Là aussi, le prix est dissuasif. 
Et vu ce que je compte en faire, ce serait dommage d'abîmer un tel matériel.

Restent les récipients de récupération divers et variés, mais personnellement me procurer ce type d'objet est trop aléatoire.
J'ai donc décidé de me lancer dans la fabrication de conteneurs de stockage. Pour cela, j'ai utilisé... des canalisations en PP (polypropylène) !
 Ces tubes servent en fait à construire le réseau d'alimentation en eau des habitations. Le PP résiste bien aux variations de température, ne se dégrade pas au fil du temps, se travaille facilement, n'est pas métallique (pratique si l'on prévoit d'enterrer le conteneur et de se protéger des prospecteurs de métaux), et se trouve dans tout magasin de bricolage qui se respecte.

Je me suis donc procuré du tube, des couvercles et des adaptateurs. Coût d'un conteneur : moins de 5 euros. 
La colle spéciale PP coûte quant à elle 3 euros le tube. D'autres dimensions sont bien entendu disponibles : à chacun d'identifier son besoin et de s'approvisionner en conséquence.

Je vais vous montrer ci-après comment procéder pour construire un conteneur. Pour faciliter les prises de vue, j'en ai fait un de petite taille... Je vous prie d'ors et déjà de m'excuser pour la piètre qualité des photos.

Avant de commencer l'assemblage, il convient de nettoyer et bien dégraisser les pièces au liquide vaisselle. Ceci fait, on peut commencer le montage.



Les joints en caoutchouc ne sont pas utiles et peuvent être jetés.

On réalise d'abord le fond, en s'assurant que la colle est présente partout.



Une fois l'assemblage du fond fait, on laisse sécher. Au besoin, et si l'on est parano, on peut rajouter un joint en silicone à l'extérieur du conteneur pour sécuriser l'étanchéité. Là encore, bien laisser sécher : 48 heures au moins. Le silicone en séchant dégage en effet de l'acide acétique.




Si l'on est pas sûr de l'étanchéité du récipient, on peut le plonger dans un bassin rempli d'eau, ouverture dirigée vers le bas. Des bulles d'air remontant à la surface signalent qu'il y a un trou quelque part !

Si l'on se contente de mettre uniquement des objets non alimentaires dans le conteneur, il peut être judicieux d'ajouter au fond du récipient un desséquant. De la sciure de bois peut faire l'affaire. On peut aussi récupérer le desséquant - du silicate - utilisé pour protéger les articles "made in China" de l'humidité, ou bien celui contenu dans les tubes de comprimés effervescents. On pourra isoler les articles à stocker de la substance disséquente au moyen d'une grille de séparation. Éventuellement, l'eau issue de l'humidité résiduelle s'accumulera au fond du conteneur et ne dégradera pas les articles stockés.

On place dans le conteneur ce que l'on souhaite stocker, et on referme le couvercle en tartinant une bonne dose de colle sur la surface de jonction. 




Un joint de silicone autour du couvercle, et hop ! Le conteneur est prêt à être caché dans un endroit secret, si possible en évitant son jardin ou le sol de sa cave ! Privilégier plutôt un endroit isolé. Pour éviter les mauvaises surprises, il est préférable d'enterrer le conteneur verticalement à plus d'un mètre de profondeur.

Les objets métalliques (outils...) pourront également être stockés dans ce conteneur. Il suffit de couler quelques décilitres de vaseline ou de paraffine au fond du conteneur, d'y placer les objets (parfaitement propres), et de remplir le restant du conteneur avec la paraffine ou la vaseline. On évitera tout de même de stocker le conteneur au soleil !
Si l'on souhaite conserver des denrées périssables dans ce type de conteneur, les choses se compliquent un peu, et il convient de faire au préalable un peu de physique - chimie.

L'eau et d'oxygène sont des paramètres indispensables au développement de la vie. Si les denrées que vous souhaitez mettre à l'abri contiennent de l'eau, alors leur dégradation au cours du temps sera inéluctable. Conclusion : seules les denrées lyophilisées pourront être stockées dans un conteneur. Entrent dans cette catégorie les céréales diverses, les légumes secs, les pâtes, certains fruits secs (noix, noisettes, amandes...), les fruits déshydratés, etc. Pour les autres il faudra malheureusement envisager un autre moyen de conservation.

Le problème de l'humidité étant réglé, reste celui de l'oxygène. La présence de cet élément rend possible le développement de moisissures, d'insectes et de bactéries. Sans oxygène, aucune vie n'est possible. En le supprimant, on permet donc aux aliments de se conserver. On évite également l'oxydation des métaux.

Faire le vide dans le conteneur serait une solution, toutefois sa mise en oeuvre est compliquée lorsqu'on ne dispose que de peu de moyens.

Une autre solution est de remplacer l'air contenu dans le récipient par un gaz neutre, comme par exemple l'azote. Mais cet élément est difficile à isoler. Le dioxyde de carbone par contre est également un gaz neutre et il se fabrique de surcroît facilement : du vinaigre et du bicarbonate de soude suffisent.

L'idée pour conserver des aliments lyophilisés est donc simple : introduire dans le conteneur du CO2 à la place de l'air. Une chose importante à retenir : le CO2 est plus lourd que l'air.

Les outils nécessaires à cette opération sont les suivants :
- du vinaigre,
- du bicarbonate de soude en poudre,
- une bouteille vide,
- quelques longueurs de tube,
- de la bande adhésive,
- une perceuse,
- de la colle spéciale PP,
- un conteneur,
- 2 petits morceaux de PP.



Afin d'illustrer la façon de procéder, j'ai procédé à la mise en boîte d'un paquet de 5kg de semoule.



Pour plus de clarté, le schéma suivant décrit le mode opératoire à mettre en place :

SCHÉMA A VENIR

La perceuse sert à percer 2 trous dans le couvercle du conteneur, et un trou dans le bouchon de la bouteille, au diamètre du tube en PVC.

En photos, cela donne ça :






Puis on verse le vinaigre dans la bouteille, on ajoute le bicarbonate de soude, on visse la bouteille sur l'embout, on allume la bougie, et on attend quelques secondes. Tout se déroule très vite, et en 10-20 secondes (selon le volume d'air à évacuer) le conteneur est rempli de CO2.

Lorsque la bougie s'éteint, le conteneur est saturé de CO2. On peut alors retirer rapidement le tube de sortie et boucher le trou avec un morceau de plastique, puis faire de même avec le tube d'entrée. Une fois la colle sèche on recouvre d'une couche de silicone, et le tour est joué !




Ce procédé permettrait de conserver des aliments lyophilisés pendant une dizaine d'années. Personnellement je n'en suis qu'à mes débuts et ne peux donc confirmer ou infirmer cela.

N'importe quel récipient étanche peut faire l'affaire. Les tubes industriels en PP présentent toutefois l'avantage d'avoir un aspect anodin : il faudra vraiment être très curieux pour aller les inspecter s'ils traînent au fond d'une cave, recouverts de toiles d'araignées et de gravats ! Il en sera de même si vous êtes amenés à devoir déplacer votre stock d'un endroit à un autre, ou si vous devez l'enterrer quelque part : le pékin moyen pensera que vous faites des travaux et n'ira sans doute pas chercher plus loin. Et vu le prix, ce type de bricolage est à la portée de toutes les bourses !

Le temps de séchage de la colle et du silicone étant long (compter 48 heures), mieux vaut être patient et assembler plusieurs conteneurs à la fois.

Concernant la colle, il doit être possible - je n'ai pas encore essayé - d'améliorer le procédé en utilisant du trichloréthylène, dans lequel on aura fait fondre des morceaux de tube. Le mélange ainsi obtenu devrait permettre de souder, et non coller, les pièces entre elles. Attention, c'est très toxique et cancérigène : il faudra donc impérativement opérer en extérieur, avec un masque filtrant !

Le collage à chaud via un pistolet à colle est le moyen le plus pratique et rapide. En effet, l'inconvénient de la colle PP en tube est qu'on s'en met partout et qu'elle met quelques heures à sécher.

Amusez-vous bien ! 

Rammstein
 
 http://www.le-projet-olduvai.com/t1143-stockage-en-conteneur?highlight=stockage+en+container

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire