02/01/2013

Bob et kits complémentaires par Da



Nous sommes nombreux ici à avoir préparé un B.O.B., c’est à dire un sac d’urgence qui nous permet de partir, de nous éloigner d’une zone à risque, et pour certain, de rejoindre un point de chute sécurisé, ou tout simplement son habitation depuis le lieu de travail quand les transports sont HS... Ce sac magique est censé nous donner suffisamment d’armes (au figuré), pour répondre à un certain nombre de situations à risque…



Des critiques constructives récentes nous ont cependant fait réaliser que le concept de BOB pouvait encore être amélioré, ou en tout cas, approfondi (voir les fils ici et ).
Donc pas de soucis, on ne va pas vous réexpliquer comment faire un BOB (mais vous pouvez cependant allez lire ou relire le wiki de DM ici ça ne fait jamais de mal clind'oeil ) mais on voudrait juste étendre un peu le concept…


Trop préparé, pas assez prêt :

On ne le répétera jamais assez, l’une des premières qualités que l’on devrait développer dans le cadre de la préparation aux risques majeurs, c’est une certaine adaptabilité. Cela veut dire être capable de répondre à une situation précise avec ce que l’on a sous la main, et plus précisément, faire appel à ses connaissances et à son imagination plutôt que de se reposer sur le matériel… Car paradoxalement, plus on se prépare, plus on intègre des items qui répondent d’une façon spécifique à une situation précise, moins on développe cette adaptabilité…
Perso, je pense que je pense être plutôt du genre à m’adapter assez facilement, mais cela est plus dû au fait que pendant 25 ans, mon EDC s’est résumé à un couteau suisse, un paquet de mouchoir, et à la rigueur un bout de ficelle et un briquet plutôt qu’au fait que je transporte désormais une véritable « trousse de survie ». Fin de la parenthèse (c’est un autre et vaste débat)…


Les différents BOBs :


Bien que l’on retrouve certains éléments communs, il apparait qu’il y a pratiquement autant de BOBs que de gens qui en préparent. Dans un certains sens, c’est tout à fait normal.. Rien que dans le monde francophone (qui nous concerne majoritairement), certains sont au Québec, d’autres en Belgique, d’autre au Sud ou Nord de la France. Donc rien qu’en terme de protection climatique, les besoins ne seront pas les mêmes, alors ne parlons même pas des risques locaux… Bref, chacun va se retrouver dans une configuration unique, en fonction des risques nationaux, régionaux, locaux qu’il peut rencontrer (et qu’il envisage, ce qui n’est pas nécessairement la même chose), donc chaque BOB est unique, c’est normal.. Il n’y a pas de bons ou de mauvais BOB, il y a le votre. Même s’il ne constitue actuellement qu’un sac de merde avec une couverture en laine et 2 boites de conserves, il a le mérite d’être là. Par contre, rien ne vous empêche de l’améliorer clind'oeil...



Sac Magique ou poids mort ? les limites du concept BOB :

Un aspect, à mon avis plutôt négatif, qui se dégage de la préparation du BOB, c’est le risque de vouloir tout prévoir et tout solutionner avec lui… Attention, le fait d’envisager un maximum de possibilités et les réponses appropriées n’est pas en soit négatif, bien entendu… Le risque, c’est de vouloir répondre à chaque problème avec un item spécifique, et ainsi, de se retrouver avec un barda tout à fait intransportable, et surtout inutile dans 99% des cas…

Nous nous préparons tous à un certains nombres de situations de risque probables : tempête, tremblement de terre, inondation, incendie, émeute, victoire des bleus à la coupe du monde (bon, ça, c’est assez improbable)… Et beaucoup font l’erreur suivante (moi le premier) : envisager un certain nombre de scénarios, puis tenter d’y répondre en glissant tout un tas de brol dans le sac magique qu’est le BOB…

Et là, il faut dire STOP… Le BOB doit essentiellement revenir à une base compact, minimaliste, qui doit répondre essentiellement à la « règle des trois » (voir ), pour vous, et votre famille.

Pourquoi ? Parce qu’il doit être léger et transportable, même si l’on est à pied, même si l’on doit s’entasser dans un bus d’évacuation ou autre, et qu’il doit surtout nous donner l’essentiel pour répondre à des situations que l’on n’a pas prévu… Et que surtout, quoi qu’il arrive, vos priorités en survie resteront les mêmes :
Maintenir son attention, maintenir de l’oxygène dans ses centres vitaux, réguler sa température corporelle, avoir de l’eau, avoir à manger, pouvoir communiquer….

Car rappelez-vous, Murphy guette dans un coin sombre, et vous pouvez être sûr que ce qui vous tombera dessus quand vous vous y attendrez pas, c’est ce que vous n’avez pas prévu !


Cependant nous serons tous d’accord pour dire aussi que du matériel spécifique peut-être bien utile en cas de pépins… Et que parfois, malgré toute la bonne volonté du monde, on a besoin d’un objet qui ne répond qu’à un seul besoin, mais y répond bien… Une pompe à vélo, une rustine, peut difficilement se remplacer par autre chose, et si vous n’avez pas prévu le coup dans votre BOB alors que vous vous retrouvez à vélo, vous serez bien dans un K2KK…

De plus, parfois, en cas d’alerte, nous n’aurions peut-être même pas à nous limiter puisqu’il est fort possible qu’un véhicule de transport soit toujours disponible… Donc pourquoi même se limiter à un sac à dos léger si l’on peut toujours se déplacer en voiture ou en vélo avec remorque ?


Une piste de réflexion :

Ben désolé, nous n’avons pas de solution toute trouvée… Tout au plus, une piste de réflexion qui vous tortura encore un peu plus l’esprit à l’heure ou le péquin moyen regarde la nouvelle émission à la mode sur TF2…

Nous aimerions engager la réflexion sur un rafraîchissement de la notion de Bob, en le voyant comme une base universelle et minimaliste d’un kit modulable.

Bref, garder le BOB en tant que tel pour qu’il nous permette de répondre à des besoins primaires et essentiels (règles de trois…), mais prévoir de lui adjoindre options en fonctions des circonstances (température, risque encourus, etc…).

En minimisant au maximum, je pense que l’essentiel d’un BOB devrait pourvoir tenir dans une poche PLCE (pour ceux qui connaissent le projet Escape Cube du CEETS ). Mais même sans aller dans ces extrêmes, quelques uns ont des BOBs qui tiennent dans des sac de 30l ou de 40l… Ce genre de volume laisse de la marge pour embarquer du matériel supplémentaire, notamment dans une voiture, il sera éventuellement sacrifié si le besoin de légèreté se fait sentir, mais il pourrait quand même compléter votre bob d’une bonne manière particulièrement judicieuse en fonctions des circonstances.


Cela peut-être :

- un kit « complément hivers » avec une bonne doudoune, 1 paire de chaussette en laine, des gants chauds, un bonnet, une polaire supplémentaire, un sac de couchage puissant, etc… 100% inutile si votre alerte a lieu l’été, presque indispensable si elle a lieu l’hiver. Celui-ci tiendra dans un petit sac à mettre dans le bob… Celui-ci sera ajouté dans le BOB, dès que l’on pense que la température l’exige. Si on n’y pense pas, au moins, le kit optionnel sera déjà prêt.

- un kit « voiture » : en plus de ce qui est déjà dans votre voiture, cela peut-être des cartes supplémentaire, du liquide lave-glace, un ou 2 bidon d’essence

- un kit vélo : pompe, antivol, rustines

- un kit NBC (pas si inutile si on habite prêt de Tchernobyl II et qu’on entends les sirènes en dehors du premier mercredi du mois).

- un kit « je sais pas quand je reviens » : bouffe supplémentaire, eau, bouquins essentiels ?
etc…

Les contenants peuvent être des simples sacs plastiques que l’on rajoute dans le sac principal, des sacs annexes que l’on met dans la remorque du vélo, voir des malles ou des bidons étanches qui rentrent dans la voiture…


Attention, dans le pire des cas, on n’a que quelques secondes pour prendre son sac et partir (inondation brutale, incendie, les raisons sont nombreuses…), il faudra tout de même veiller à garder l’essentiel dans votre BOB, sans trop compter sur les modules annexes...

Da

http://www.le-projet-olduvai.com/t3476-bob-et-kits-complementaires-revoir-le-bug-out-bag 

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire