06/01/2013

Kit de survie version Rammstein


Le kit de survie (ou PSK = Personnal Survival Kit pour les anglophones) se veut minimaliste. Il doit rester compact pour se glisser dans une poche, un sac, une boîte à gants... mais être en même temps le plus versatile et polyvalent possible. On peut le prendre avec soi en voyage, en randonnée... Son contenu n'est pas spécifique à un milieu donné mais se veut au contraire universel et polyvalent.


Tout individu intéressé par le survivalisme ou les sorties dans la nature finit tôt ou tard par se constituer une trousse de survie, lui permettant d'affronter un maximum de situations inconfortables ou périlleuses avec un minimum de matériel.

Adolescent au contact de la nature, j'ai commencé modestement à me constituer un kit de base avec un canif, de la ficelle, un briquet et des pansements. Au fil du temps et des expériences - notamment militaires - ma trousse s'est enrichie de nombreux objets, souvent au fil des besoins : boussole, kit de pêche, bloc de magnésium, miroir de signalisation, etc. Certains avec du recul m'apparaissent désormais indispensables, comme la couverture de survie, le sifflet ou le couteau.

Ce type de kit peut s'avérer vital lors d'une randonnée qui tourne mal. Dans le cadre d'une catastrophe plus globale, il peut vous permettre de vivre sur le terrain plusieurs jours lors d'une évacuation forcée.

Lorsqu'on se constitue un tel kit, la question triviale qui surgit rapidement est : dans quoi vais-je mettre tout cela ? Pour simplifier, avoir un récipient métallique dans une situation d'urgence est un plus indéniable, permettant de cuisiner, recueillir de l'eau, creuser, etc. L'inconvénient est que le kit devient encombrant.

Une autre solution consiste à ranger ses accessoires de survie dans une pochette souple, et de se passer de récipient. Bof...

Une solution alternative consiste à emporter un récipient métallique alimentaire en aluminium (style moule à cake) soigneusement plié. Personnellement je ne suis jamais parvenu à éviter l'apparition de trous au niveau des pliures, et ai abandonné cette option. Un kit commercial de la société BCB contient toutefois un tel récipient pliable.

Comme contenant j'ai donc choisi une "Brotdose", ou boîte à sandwich pour les germanophones. Ce type de récipient est très facile à trouver en Allemagne et bon marché (voir sur www.globetrotter.de par exemple). L'inconvénient majeur est qu'il n'est pas étanche. Ma solution à ce problème est un peu bancale, mais pour le moment je n'ai rien trouvé de mieux : j'ai mis ma boîte dans une autre boîte en plastique légèrement plus grande et surtout étanche. Je l'avoue, la solution n'est pas élégante, mais le tout rentre dans ma sacoche !

Passons maintenant au contenu. Je précise qu'il est supposé subvenir aux besoins d'une famille de 4 personnes, d'où la présence de quelques objets "exotiques".


Le kit contient :
  • des allumettes tempêtes,
  • un bloc allume-feu au magnésium,
  • une portion de scie à métaux,
  • un couteau suisse Victorinox (modèle Camping je crois),
  • un scie-fil,
  • un kit de couture,
  • un kit de pêche (fil, émerillons, bas de ligne, et surtout de nombreux hamecons pour... attraper des oiseaux par exemple),
  • un kit médical sommaire avec pansements, préservatifs, sutures adhésives "steri strip", épingles à nourrice, lingettes alcoolisées, quelques comprimés divers, etc,
  • un petit savon,
  • des comprimés de traitement de l'eau Micropure et des boissons lyophilisées (thé, café, potage),
  • une boussole,
  • un miroir en acier inox,
  • un sifflet 2 tons,
  • une lampe LED,
  • une bougie,
  • une petite pierre à affûter,
  • une pince à épiler
  • un tube de colle cyanoacrylate,
  • du chlorure de sodium (sel),
  • un briquet muni d'une lampe LED,
  • un skinner "Jungle King I" (petit couteau utilisable pour dépecer un animal, ouvrir une boîte de conserve, fabriquer un harpon...),
  • des mètres de ficelle et de cordelette nylon en différents diamètres,
  • une bande en caoutchouc, utilisable pour constituer une fronde, un garot...
  • des lames de cutter,
  • du ruban adhésif ultra-résistant,
  • une couverture de survie,
  • des tampons hygiéniques (pour madame Rammstein et comme combustible, pansements... - qui a fait de la boxe comprendra),
  • des sacs plastiques,
  • un bloc-note résistant à l'eau,
  • un porte-mine,
  • du "baume du tigre" chauffant, contre les coups de froid, douleurs musculaires, crampes...
  • des colliers attache-rapides,
  • une gamelle en aluminium,
  • une boîte en plastique étanche de 1l,
  • une fiche présentant une quarantaine de noeuds différents,
  • un memento présentant des instructions, en anglais malheureusement (pour ma femme, béotienne en matière de survie).




Une couverture de survie supplémentaire est également rangée dans la sacoche. 2 sacs de couchage "de survie" (sacs en plastique orange de grande capacité, ayant de nombreux autres usages) devraient également bientôt y prendre place.

Ce kit est en constante évolution et certainement loin d'être parfait. Le tout pèse environ 700gr. Il est rangé dans mon "Bug Out Bag" (BOB - sac d'évacuation) lorsque je ne le prends pas avec moi en randonnée ou lors des sorties dans la "verte". Il peut également se porter à la ceinture.

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire