19/01/2015

"Deux vélos pour le prix et la place d'un seul" par Philippe -du-75013


     
Scénario N°1, un de mes préférés: suite au début du PO et à la crise alimentaire les prix ont pris 15 % et 100 % pour le carburant les salaires n'ont pas suivi, d'où grèves monstres dont la RATP et la SNCF. Il faut donc prévoir un vélo.



Le meilleur vélo pour la ville? bonne question, préalable: un vélo c'est avant tout une paire de roues et non un cadre, surpris par cette affirmation? montez une paire de roues de vélo de course (de 650) sur un vélo de grand-mère vous serez surpris comme l'ont été mes petits camarades d'entrainement (j'étais derrière d'accord, mais juste derrière).
Alors pour la ville un guidon plat, de préférence, pour voir devant sans se casser le cou et pour la maniabilité. Les pneus: confortables du genre qui se gonfle à 4.5 bars et assez épais pour ne pas se couper facilement. Moins efficace mais plus confortable jusqu'à 30 mn de trajet c'est mon choix.

Pour rouler le Dimanche, plus loin, une paire de roue "course" avec un pneu (laissons les boyaux aux spécialistes) de 25 pour le rendement ou de 28 un peu moins souffrir. Je change deux roues en 3 minutes montre en main.

Changer guidon plat pour un guidon course est un peu long pour le faire chaque week-end mais faisable avant un départ en randonnée en une demi- heure. J'ai un deuxième guidon tout prêt avec les câbles de freins en place et roulés. Il existe des cocotte de freins double destinées au cyclo-cross: frein devant et frein sur la barre horizontale pour chaque position de main possible mais c'est cher.

Résumons nous: un vélo, une deuxième paire de roues, un deuxième guidon
= deux vélos très différents.

Pour laisser accroché en ville j'ai un vélo des années 80 à la peinture très écaillée mais dont j'ai passivé la rouille et dont tout les mécanismes ont été démontés et nettoyés y compris les roulements et cuvettes de roues et pédalier. Une guidoline qui a déja servi trois fois (je suis économe) décolorée et passée par la sueur et la pluie le rend encore plus pitoyable, une selle en plastique massif de vélo d'enfant un peu déchirée. Il ne paye pas de mine mais fonctionne impeccable.

Je possède environ 5 vélos (selon les périodes), je les fais tous rouler successivement une fois dans le mois au moins (même quelques km seulement)
Pour huiler mes vélos j'utilise le surplus d'huile neuve que me rend le garagiste au fond du bidon, les huiles de vidanges sont assez toxiques avec des métaux lourds surtout venant d'un moteur usé. Par contre si j'ai fait comme toi autrefois, pour les chaînes seulement je suis revenu à l'huile de vaseline vendue en petit bidon. L'huile auto étant trop visqueuse à froid elle pénalise un peu le rendement et surtout ne va pas toute seule au fond des maillons.
Un vélo "homme" est bien plus rigide à poids égal, il y a moins de perte de rendement au pédalage par torsion, quant on a l'habitude c'est flagrant dans les relances en danseuse.
Les vélos de course pour femmes sont en apparence identiques à ceux des hommes mais avec des rapports hauteur/longueur différents: plus courts, idem les potences pour femmes sont beaucoup plus courtes.
Dans les groupes de randonneurs au long-court il y a un peu plus de femmes que dans le vélo purement sportif. Elles se partagent entre celles qui utilisent un vélo à cadre fermé-type homme- et celle qui préfèrent rester au cadre ouvert mais dans ce dernier cas il s'agit toujours d'un cadre avec une paire de tubes fins qui vont de l'axe arrière au tube de direction directement sans courbe ce qui semble être le bon compromis.
Philippe

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire