03/01/2013

Pour un BOB rationnel...par SAVAGE

Salut à tous. Je suis nouveau sur le site, mais pas nouveau en matière de survie, bivouac etc... Par mon expérience militaire sur le terrain, je vais tenter de faire une approche rationnelle du BOB (appelé PACKO dans mon jargon).
1) il doit être le plus léger et le plus compact possible
2) Doit permettre de survivre pendant 3 jours, temps maximum nécessaire pour rallier un abri à pied (on peut faire entre 30 et 50 KM/jour suivant l'entrainement, donc sur 3 jours 90 à 150KM)
3)Ne contenir que de l'utile (because 1) doit être léger et compact)
4)etre bien fait (un beau sac est un bon sac)

Tout d'abord le sac : très important choix. Je suis étonné de voir des membres du forum utiliser des sacs F1 qui ont fait leur temps, quand je le trimbalais je traitais ses concepteurs d'antimilitaristes... Son seul avantage : il est quasi inusable, mais il casse le dos, n'a pas de poches hors mis au-dessus, pas compartimenté...


Donc, choisir un sac de qualité est la 1ère chose à faire, pas trop gros parce que plus c'est gros plus on va mettre de l'inutile (cf règle 3 et 1). Un sac de 90L max est largement suffisant pour un raid de 3 jours. Je conseille particulièrement les sacs à usage militaire plutôt que de rando et surtout le SOF de bl*ckh*wk mais attention au prix ! Le mieux est d'améliorer la capacité d'emport avec un brêlage ou gilet tactique hélas pas trop discret. Pour la discrétion utiliser un gilet type reporter avec plein de poches. Je conseille un sac poubelle assez grand pour doubler le sac à l'intérieur (sympa pour passer une rivière ou s'il pleut) et un morceau de tapis en mousse (permet de tenir le sac droit, et donc votre dos aussi). Placer au dessus tout ce qu'on utilise le plus souvent.


Puis définir ce qu'on va emmener : eau, abri, nourriture, outils, hygiène, change, dans cet ordre !


L'eau : une réserve de 1,5L en gourde métallique dans le sac (si elle gèle on peut la mettre sur le feu) et 1L en gourde US accrochée au brêlage/ceinture. 2,5L couvrent les besoin en eau pour une journée, après passer au micropur, léger et peu encombrant mais limité dans le temps. La pompe filtrante est plus lourde mais filtre plus et mieux. L'idéal est de prendre les deux (3jours peut-être mais si plus longtemps ?). La gourde doit avoir un quart de type américain qui peut se chauffer sans brûler les lèvres. La gourde US peut avoir un bouchon type NBC pour s'adapter sur un masque à gaz équipé d'une interface d'alimentation liquide (une paille quoi !).

Les bouteilles plastiques sont fragiles et encombrantes.

Abri : pas de tente, pas de tunnel de couchage, tout ça est bien trop lourd et long à mettre en oeuvre (surtout en pleine nuit, fatigué, gelé, affamé...) et à enlever. Préferer une bâche camouflée avec des sardines solides pas celles en alliage fer blanc/cochonium moulé usiné dans la masse, plutôt celles qui se vissent dans le sol (en plus d'être solides pas besoin de maillet), et si vous préférez les bouts de bois taillés, imaginez-vous tailler ça en plein nuit, avec les mains gelées, fatigués... Au moins taillez les comme un harpon pour mieux les ancrer. Pour le couchage, pas de tapis de sol, un hamac est très bien et permet de s'isoler du sol, il y en a des minis qui pèsent rien et coûtent peanuts. En plus c'est vite rangé. Le sac de couchage : un léger qui fait jusqu'à -8° en confort, dedans on place une couverture de survie et un sac à viande qui ne sert pas à avoir plus chaud mais juste à ne pas pourrir le reste quand on dort avec les rangers. La bâche sera dotée de 2 ficelles de paracorde pour la fixer aux arbres au moyen de noeuds coulants. En été, on peut emmener une petite moustiquaire à la place la bâche.


Nourriture : les rations de l'armée française sont un modèle et se trouvent facilement. Sinon on peut se confectionner les siennes. Je m'étonne que personne ne pense aux nouilles chinoises : pas cher, léger, nutritif, cuit vite et avec peu d'eau (qui se transforme en bouillon donc pas perdue). Avec ça de la soupe en sachet, boîtes de conserve individuelles, des bonbons ou caramels, café thé ou lait en poudre, des barres de céréales. Eviter les repas complets en poudre, c'est dégueu et sans eau... Certes c'est léger mais pendant la guerre du Golfe les ricains échangeaient 6 rations ricaines contre une française... Emmener du chocolat aussi, c'est nutritif et c'est un bon réconfort et un bon objet de troc (ce point est plus important qu'on croit). Eviter tout ce qui est périssable à court terme, remplacer le pain par de l'azyme ou des biscuits salés (au soja c'est mieux). Pour le moral les mini saucissons en sachet sous vide sont bien.


Outils : une pince outil type lea*****man, un couteau fixe solide de bonne taille (genre camilius ou kabar), un couteau à couverts (fourchette et cuillère). Un réchaud : ceux à pastilles sont bons mais longs à partir et sentent fort, privilégier un à gaz avec cartouche détachable. Pas de gamelle : le quart convient à cet usage. Une lampe frontale à led, l'idéal serait une lampe manivelle avec un bandeau et des filtres de couleur. Une boussole genre Sylva simple à utiliser, de la paracorde (usages divers : compter les pas, mesurer, accrocher, faire un garrot...), un briquet tempête ou un bloc de magnésium. Un crayon de bois, un stylo bic et un carnet dans sac ziploc. En hiver, une chauferette à charbon. Un bout de paracorde de 10 cm avec un noeud à chaque cm pour faire des mesures précises sur une carte. Un sifflet, un miroir de signalisation en métal. Une pelle pliante (les chiottes). Hors-mis le réchaud et la pelle l'outillage devra être sur vous, comme ça si vous perdez le sac vous avez de quoi vous débrouiller un peu. Et bien sûr une carte de la zone à couvrir protégée dans un ziploc ou un porte carte (sans itinéraire tracé dessus : imaginez si vous perdez la carte et qu'elle tombe entre les mains d'un punk façon ken le survivant...en règle général, apprnez votre itinéraire de base par coeur et improvisez suivant la situation, pour le carnet utiliser pour noter des infos juste le temps de les mémoriser et détruisez vos notes... Je sais je suis parano).


Hygiène : savon de marseille, pansements et compresses, petites doses de bétadine et super glue. 1 ou 2 mouchoirs en tissu propres. Une serviette (chez US*C il y en a qui se compressent et sèchent vite), brosse à dent et dentifrice. Fil et aiguille (pour les ampoules aux pieds). Un rouleau de PQ. Aspirine ou paracétamol, anti diarrhéique (à prendre sans eau pour économiser). A noter : le rouleau de pQ peut faire une compresse d'urgence. Un pansement compressif.


Change : une tenue complète et 2 paires de chaussettes. Une veste polaire pour le bivouac, un poncho imperméable (qui peut servir de tapis de sol ou d'abri, de préférence porté plié dans une sacoche accrochée à la ceinture ou au brêlage), un coupe vent léger en sympatex (le gore tex est lourd, s'il fait froid, le sympatex et la polaire dessous), en hiver un bonnet et des gants (on perd 30% de chaleur par la tête). Une écharpe camouflée genre filet barracuda (tient chaud et sert à camoufler rapidement un objet ou son visage sans se barbouiller de terre).


Et voila ! Après on peut avoir dans les divers : un rouleau de chatterton armé, une petite radio portative avec une oreillette (permet d'écouter en étant discret), un ou deux cyalumes (pour marquer sa position, éclairer un tunnel : on le lance au loin, ça permet de savoir ou sont les parois et d'économiser sa frontale, ensuite on va le chercher et on recommence) de petite taille, en été on peut remplacer la gourde US par un camel bak (pas en hiver car ça gèle vite dans un camel bak), une bougie (pour la nuit de bivouac), un rappel du code morse sur une feuille protégée dans un ziploc (utile pour le sifflet et le miroir), les cigarettes/tabac sont un excellent objet de troc (un copain a vu un type faire payer des bouffées de cigarettes à Sarajevo pendant la guerre civile).


A savoir que plusieurs objets ont d'autresd emplois : le hamac peut servir à faire un brancard ou transporter des objets, un gibier, pêcher... Le stylo et la paracorde peuvent faire un garrot à tourniquet, un couteau planté dans un arbre est un excellent support de bougie, le sac poubelle peut faire une bouée de fortune ou une gourde...


Ce bob est prévu pour un TRD (three-days raid), c'est pourquoi on y trouve pas de trucs genre kit de pêche (ça demande du temps de pêcher), clef USB de survie administrative (utile juste au point de chute, et encore après un black-out total...) ou autre accessoire de piégeage. Ce BOB permet de vivre 3 jours sur le terrain, en déplacement, parer au plus urgent. Si le déplacement dépasse 3 jours, il faut improviser, mais des choses sont durables comme le nécessaire d'abri, les vêtements (on lave, on sèche on remet). Si on connaît l'environnement, pas de soucis pour la nourriture (insectes, baies, fruits se laissent attraper). Le bob est plus lourd en hiver (plus de vêtements chauds). J'ai mis la radio en divers car je pense qu'il est toujours possible d'obtenir des infos sur son chemin, soit en questionnant les personnes croisées (à éviter cependant en période de troubles, surtout si vous ne possédez pas de moyen "hors charte"), soit en observant son environnement (des feux ou explosions se voient à des kilomètres, la présence de toxiques est souvent révélée par des changements dans la végétation, des cadavres d'animaux etc...). C'est en divers parce que la radio est certes très utile mais pas vitale dans un premier temps.


Je compte ensuite un poste axé sur la marche et le bivouac. Donnez-moi vos avis et n'hésitez pas à me dire ce que vous prendriez en plus ou enlèveriez, je n'ai pas la science infuse du survivalisme même avec mon expérience militaire. Merci d'avoir lu ce loooong post


http://www.le-projet-olduvai.com/t2772-pour-un-bob-rationnel 

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire