04/01/2013

Machette par Sempervirens


La machette
par Sempervirens

Je préfère rentrer dans un roncier armé d'une machette, plutôt que d'un goyet.

Plus d'allonge, plus de puissance, plus de légèreté.
Je possède 2 machettes que j'utilise souvent, pour ébrancher un arbre abattu c'est très pratique, pour débiter des arbres de petite section en forêt (perche/tuteur), pour ouvrir des passages dans le maquis.

Mes machettes sont très affûtées, ce sont des outils dangereux, toujours projetés vers l'extérieur, jamais de coupe rentrante...notamment vers les jambes...je dit cela car on oublie un peu vite ce détail pendant l'action.
Mes machettes sont des TRAMONTINA made in Brasil (achetées à St Domingue pour 6 euros pièce)
Acier très souple....tous les coupeurs de cannes de St Domingue en possèdent une...


Comment choisir une bonne machette?

Une fois en main, vous devrez bien « sentir » votre machette.
Le choix d'une machette est déterminant et varie en fonction de l'utilisation souhaitée. En Guyane, deux marques principales se partagent le marché : Tramontina et Martingale. Les deux possèdent une large gamme de produits de nature à satisfaire les plus exigeants et répondre à tous les besoins. Ces deux marques ont largement fait leurs preuves et sont dignes de confiance. Là encore, il faudra privilégier simplicité, efficacité et robustesse sans s’encombrer de considérations esthétiques. Il faudra fuir comme la peste les machettes de type petite quincaillerie et autres "chinoiseries" réalisées avec de l’acier "à ferrer les bourriques"… Également, lames en acier inoxydable ou pas suffisamment "sec" devront être systématiquement éliminées.

Affûtage :

Pour gagner du temps il sera possible de dégrossir à la meule ou ponceuse à bande, avant de finir et entretenir à la lime. Toujours garder présent à l’esprit qu’un dégrossissage de la lame à l’aide d’une ponceuse à bande rendra la finition à la lime plus difficile. On ne répétera jamais assez qu’un bon affûtage est synonyme de sécurité. Il pourra être réalisé soit avec une lime de type tiers-point ou à l’aide d’une "pierre" genre Corindon. Conserver présent à l’esprit que contrairement à la "pierre", la lime rouillera rapidement en climat tropical... Le but étant de couper et non d’éclater le bois, l’angle d’affûtage doit être aigu et celui-ci doit démarrer loin sur la lame par rapport au fil.
Sécurité supplémentaire : Conserver au moins une dizaine de centimètres de lame non affûtés prés du manche.
Toujours "casser" la pointe de la machette surtout si celle-ci est courbe. Il n’est jamais agréable pour une personne vous collant de trop prés de recevoir un coup de machette intempestif sur le crâne lors d’un layonnage. Surtout si votre lame est courbe et pointue. Par voie de conséquence, toujours respecter une distance de sécurité.
Ne jamais affûter les deux côtés de la lame ! Vous êtes en jungle au 21° siècle, pas à l’assaut d’un château fort moyenâgeux… L’observation de ce petit conseil pourra éviter aux apprentis Rambo de muter en Ramsés lors d’un court séjour en forêt…

LIEN  Machette Tramantina

Voila mon opinion, mon Goyet reste le plus souvent au clou, mon coupe ronce aussi sauf quand je travaille à débroussailler un Mur de pierres sèches...la le Goyet tape dans la Pierre sans trop de regret.

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire