12/01/2013

Les Mathématiques du surviveur par Zapata


Les Mathématiques du surviveur

Des astuces pour résoudre rapidement un problème de survie par le calcul.

Voici les exemples que je vous propose:

L’étalonnage :
On ne dispose pas toujours d’un moyen de mesure comme le mètre, pour calculer la hauteur d’un objet ou la distance d’un point à un autre.
 Pour cela un excellent moyen de substitution consiste à mesurer diverses parties de notre propre corps permettant de l’utiliser comme référence pour mesurer approximativement n’importe quoi.
  • Le pouce : On plie le pouce et on mesure du bout de l’ongle jusqu’à l’articulation de la première phalange.
  • L’empan : Doigts écartés au maximum, on mesure la séparation entre le pouce et l’auriculaire.
  • L’envergure : Pour faciliter la mesure, on se sert d’une ficelle pour mesurer d’une main à l’autre, les bras tendus à l’horizontale.
  • Le pied : On mesure la longueur de la semelle d’une chaussure de la pointe au talon.
  • Le pas : Il faut mesurer la distance parcourue sur dix pas. En divisant cette longueur par dix on obtient la longueur moyenne d’un pas.

La mesure du temps :
 Pour calculer le temps qui reste avant le coucher du soleil (important pour se préparer un abri pour la nuit) on procède comme suit : tendre les bras en direction du soleil et mettre les paumes des mains face à vous (pliées à 90 degrés). Placer une main au-dessus de l’autre. 

Aligner le bas de la main du dessous sur l’horizon et compter le nombre de mains qu’il faut pour aller jusqu’à la base du soleil. 1 main égale 1 heure, 2 mains égalent 2 heures, 1 main plus deux doigts égalent 1heure et demie.

Certain vont dire le soleil ça éblouit, comment on fait si on n’a pas de lunettes adéquates ? Faites comme les esquimaux, ils découpent dans un rectangle de cuir (un pouce et demi de haut par cinq pouces de large) un orifice horizontal d’un millimètre de haut sur un centimètre et demi de long au niveau de chaque œil, l’attacher autour du crâne avec un bout de ficelle. Et voilà la super paire de lunette du survivaliste…

Le moment d’une force :
 Très pratique pour soulever ou déplacer un objet très lourd (pour faire un piège style assommoir par exemple). Imaginez un bloc rocheux (100 kg) que vous voulez soulever, une pierre qui sert d’appui et un petit tronc d’arbre qui sert de levier.
 Vous glissez le tronc sous une anfractuosité du rocher vous mettez la pierre sous le tronc et vous appuyez à l’autre bout du tronc.
 Le moment de la force c'est le poids du rocher multiplié par sa distance au point d’appui qui sera égal à la distance du point d’appui à votre main multiplié par l’effort que vous devez exercer. 
Exemple rocher 100 kg X 10 cm et vos mains à l’autre bout du tronc à 100 cm de l’appui vous fera exercer une force de 10 kg pour faire basculer le rocher.

Le palan: 
 Si vous soulevez une charge en passant une corde sur une branche, l’effort que vous allez fournir va être égal au poids de la charge à soulever.
 Si maintenant vous attachez l’extrémité de la corde à la branche, puis vous passez la corde dans un anneau (voir futur post sur les nœuds) qui est fixé sur la charge puis vous passez la corde dans un autre anneau fixé sur la branche, vous allez diviser votre effort par deux.
 Pour soulever 100 kg d’un mètre vous allez tirer 2 mètres de corde mais ne fournir que 50 kg d’effort. 
 Plus vous allez augmenter le va et vient de la corde entre la charge et la branche plus vous allez réduire votre effort. 
Attention aux problèmes de frottements et à la solidité de la branche et ne vous placez jamais sous la charge.

Echelles :
 Lorsque vous utilisez une carte géographique, choisissez une échelle adéquate à la situation.
  • Au 1/10 000 : 1 mm sur la carte représente 10 m sur le terrain
  • Au 1/25 000 : 1 mm sur la carte représente 25 m sur le terrain
  • Au 1/50 000 : 1 mm sur la carte représente 50 m sur le terrain
Etc…Quand le dénominateur est petit, l’échelle est d’autant plus grande.
Sur une carte de 1/25 000, une distance entre deux points qui mesure 20 mm (1 pouce ?) correspond à 20 X 25 = 500 m.
3 000 m sur le terrain seront représentés sur une carte à l’échelle 1/25 000 à : 3 000/25 000 = 0,12 m ou 12 cm.

La mesure du temps :
  Pour calculer le temps qui reste avant le coucher du soleil (important pour se préparer un abri pour la nuit) on procède comme suit : tendre les bras en direction du soleil et mettre les paumes des mains face à vous (pliées à 90 degrés).
 Placer une main au-dessus de l’autre.
 Aligner le bas de la main du dessous sur l’horizon et compter le nombre de mains qu’il faut pour aller jusqu’à la base du soleil. 1 main égale 1 heure, 2 mains égalent 2 heures, 1 main plus deux doigts égalent 1heure et demie.
Certain vont dire le soleil ça éblouit, comment on fait si on n’a pas de lunettes adéquates ? Faites comme les esquimaux, ils découpent dans un rectangle de cuir (un pouce et demi de haut par cinq pouces de large) un orifice horizontal d’un millimètre de haut sur un centimètre et demi de long au niveau de chaque œil, l’attacher autour du crâne avec un bout de ficelle. Et voilà la super paire de lunette du survivaliste…

Zapata

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire