12/01/2013

Descendre en rappel

 La descente en rappel sans les moyens traditionnels (baudriers, huit etc).

 J'ai fait quelques essais avec la dégaine et les 15 mètres de cordelette en 4mm que j'ai acheté dernièrement et j'ai pu me rendre compte de certains trucs.

Je suis monté sur un sapin en m'agrippant d'un côté aux branches et de l'autre à la corde passée par dessus une branche haute. Une fois atteint la hauteur de 7-8m, ma corde touchait des deux bouts au sol. Je suis descendu en pseudo-rappel improvisé comme illustré sur la photo :




C'est du grand n'importe quoi, ça m'a scié le dos. J'aurais été content de me souvenir du schéma publié au dessus.
 Le problème, c'est que la corde sur l'écorce doit frotter un max, à moins de laisser de l'équipement en hauteur. 
Utiliser une petite cordelette synthétique en situation de stress doit être un sérieux challenge, il faut être entraîné pour ne pas perdre de temps et surtout ne pas traîner car la sueur des mains risque de vous faire lâcher la corde.
 J'ai testé la méthode sud-africaine sur un petit à-pic en passant la corde autour d'un chêne, mais j'avais encore plus les pétoches car la corde était de plus en plus glissante.
Une fois descendu, j'ai essayer de remonter pour voir (c'est du HS mais je vais changer le titre du sujet....) et vraiment c'est la galère. 
Je me suis confectionner un nœud auto-bloquant avec de la 550, en passant la paracorde dans les passants de ceinture. 
L'idée était de se tenir d'un côté au nœud auto-bloquant pour le lever et de l'autre, tirer sur la cordelette qui passait sous mon pied (une montée classique quoi). 
Eh bien c'est encore du grand n'importe quoi, illustration :


Maintenant que je vois la photo, je me souviens de la vrai technique, le nœud étant indépendant de l'accroche qui se fait à l'aide d'un huit.
 Le nœud est accroché au baudrier et la corde une fois passée dans le huit va passer sous le pied. 
On se propulse en hauteur en tenant le brin aval et en montant le noeud auto-bloquant. On avale ensuite le mou.

La meilleur option serait d'avoir deux ou trois mousquetons "jetables" (ils font 50g et moins de 4€) pour utiliser la méthode citée par Tabula Rasa.

C'est pas gagné...

Ayant mon après-midi de libre, je suis allé refaire des essais.

J'ai testé le nœud photographié dans mon premier message, c'est efficace, sauf qu'on utilise que la moitié de la longueur de la corde et qu'il faut avoir un point d'attache qui soit lisse car les frottements sont importants. 
Si on accroche un mousqueton, on ne peut le récupérer.

J'ai ensuite testé l'autre variante qui utilise ce nœud, mais dans ce cas là on doit laisser la corde sur place. 
L'avantage est de pouvoir utiliser toute la longueur de la corde. 
Il faut avoir un mousqueton accroché au ceinturon, et on fait le même nœud en le complétant d'un autre passage autour de la corde pour augmenter le frottement et faciliter la descente :


Finalement, j'ai essayé le premier nœud sur le mousqueton, avec la corde en double, de manière à ne rien laisser derrière soi :


CANIS LUPUS

 ....................................................................................................................................................................


Pratiquant occasionnellement l'escalade (quelques amis à moi en font en club et ils m'invitent parfois) et adepte des via ferratas, j'ai souvent eut l'occasion des solutions plus ou moins bricolées selon les cas.

Voici donc ce que j'en pense
Niveau longueur de corde, faut vraiment pas oublier de vérifier que le (ou "les" si on veut récupérer sa corde une fois en bas) bout(s) touchent bien le sol...c'est comme ça que je suis resté bloqué au milieu d'une falaise quand j'avais 12 ans (ben oui, en balançant la corde ça passait large sauf qu'avec 2 fois moins de longueur ). Une autre astuce c'est de faire un nœud à 1m de la fin (le même qu'une boucle de lacet histoire de pouvoir le défaire facilement), comme ça quand il t-arrive dans la main, ça te prévient qu'il t-en reste pas long derrière.
AMHA une corde de 25m est suffisante, ça permet de descendre sur 10m ce qui fait mine de rien une hauteur respectable, au delà...je laisse ça à plus téméraire que moi.

En ce qui concerne le diamètre, c'est vrai que ça joue sur le poids dans le sac mais en ce qui ne concerne je ne descendrai jamais à moins de 8mm. Niveau résistance, pas de soucis, même avec un fil de pêche au gros ça passe à fond...par contre ce qui va t-alléger sérieusement une fois en bas, c'est que t-auras quelques doigts en moins à trimballer (Une corde de 3mm qui frotte sur des doigts ça brule pas, ça coupe). Donc je préfère largement embarquer 25m de 8mm que 100m de 3mm. Un autre truc important, c'est que plus la corde est fine, plus il devient difficile d'en défaire les nœuds...déjà qu'avec du 8mm je galère...

Pour les descendeurs, c'est vrai qu'il y'a moyen de s'en passer (la technique avec le mousqueton est largement viable) mais vu le prix et le poids d'un 8, je trouve que c'est vraiment se faire suer pour rien. Pour revenir sur les mousquetons, il est impératif d'utiliser un vrai mousqueton (autobloquant c'est encore mieux) et pas un porte clé qui va s'écarter ou casser au moindre effort...une fois encore vu le prix.

Niveau matériel maintenant, voilà ce que j'embarque : 



Donc en haut, c'est mon brêlage 2.0, que je vous présenterai quand j'en aurai le temps, en dessous t-as deux tee shirts (tu comprendras plus tard), la corde de 25m 8mm, un 8 et un mousqueton. L'autre truc important (mais pas sur la topho) c'est les gants, personnellement j'opte pour des mitaines en cuir pour avoir la paume protégée mais garder quand même les doigts nus.



1ère étape : les jambières : laisser 50cm de corde et faire des nœud de plein poing pour former 4 boucles (deux pour passer les jambes, 2 pour le ceinturon) niveau longueur c'est en essayant qu'on trouve la bonne).




Ensuite on enroule les jambières dans des tee-shirts histoire que ça soit plus confortable.



Étape 2 : on enfile les jambières puis on les accroche au ceinturon du brêlage (le mieux c'est aussi de faire en sorte que le brin qui passe dans le dos soit en appui sur le ceinturon. Ensuite on fait un nœud de chaise entre le brin qui dépasse des jambières et le reste de la corde.
On fixe le mousqueton au ceinturon ET à la corde qui passe autour du ceinturon et on y fixe le huit (après y avoir fait passer la corde comme expliqué dans le lien...sur les photos je l'ai mise à l'envers mais ça marche aussi).

Étape 3 : Here we go, on passe la corde derrière un point d'ancrage (arbre, poteau, balcon puis on la passe dans le huit et on fixe le tout au "baudrier". Ensuite on descend calmement en s'asseyant bien dans le baudrier.

 Fonctionnement du Huit : 



lorsque l'on met la corde vers l'avant ça descend, 



lorsqu'on la ramène vers soit, ça freine.

Voilà, c'était ma petite pierre à l'édifice des connaissances survivalistes, cette méthode a été testé 5 fois en réel par ma petite personne pour descendre des parois de 10m et si on fait tout bien, c'est vraiment facile.

Attention, si vous n'avez jamais utilisé de huit, n'essayez pas comme ça, demandez à quelqu'un de vous montrer sinon ça peut mal se finir.
Une dernière remarque : il est bien entendu que nous sommes entre survivalistes donc ça reste quand même des méthodes risquées...donc à utiliser uniquement pour échapper à des risques plus importants.
Sinon pour les jambières, c'est juste que mon brêlage fait (assez) bien baudrier donc j'ai juste besoin de jambières.
 Si y'en a qui n'ont pas ce type de montage (ceinturon+brêlage) un bon baudrier ou le montage de PHM sera plus utile qu'une corde nue qui ne fera rien d'autre que leur scier les jambes/dos/mains.

En ce qui concerne le descendeur remplacé par le mousqueton...outre le fait qu'il faut un mousqueton suffisament large, j'ai essayé et c'est assez merdique, vu le prix et le poids d'un mauvais huit, au risque de me répéter ça vaut pas le coup de se faire suer.

Darkside

 http://www.le-projet-olduvai.com/t1534-technique-descendre-en-rappel?highlight=descendre+en+rappel

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire