08/12/2012

Syndrome de la "bedaine" ou syndrome métabolique

                   




 Vous avez sans doute déjà entendu parlé du syndrome métabolique ou syndrome de la bedaine , aussi appelé "syndrome X ", le " syndrome de résistance à l'insuline " ou " syndrome d'obésité centrale ".



Quelques chiffres...(source obepi 2012)

En 2012, 32,3% des Français adultes de 18 ans et plus sont en surpoids (25 ≤ IMC < 30 kg/m2) et 15% présentent une obésité (IMC ≥ 30 kg/m2).

Le pourcentage de Français sans surpoids est passé de 62% en 1997 à 53% en 2012.

La prévalence de l’obésité a augmenté quel que soit le sexe mais on observe un ralentissement de la progression.
L’augmentation relative de la prévalence de l’obésité entre 1997 et 2012 est plus importante chez la femme que chez l’homme.
Nombre de français en surpoids 14 807 123 soit 32,3% ...
(IMC 25,0 - 29,9) ,chiffres obtenus par extrapolation des résultats sur la population des 18 ans et plus)

Alors c'est quoi ce syndrome? scratch

Le syndrome métabolique n’est pas une maladie.

C'est un syndrome, c'est-à-dire une association d'anomalies.
Celles-ci sont liées à la présence d'un excès de graisse à l'intérieur du ventre (graisse viscérale).C’est cette série de problèmes de santé qui augmentent sérieusement les risques de développer le diabète de type 2, une maladie du cœur, une angine de poitrine, un infarctus ou un accident vasculaire cérébral (AVC).
Le syndrome métabolique prédispose à la fois à la survenue d’un diabète de type 2 et de complications cardiovasculaires.

Les personnes présentant un syndrome métabolique courent un risque d’infarctus de trois à cinq fois plus élevé que la population normale!



 Quelles sont les anomalies qui caractérisent le syndrome métabolique?

On parle de syndrome métabolique lorsque sont présentes au moins trois des anomalies suivantes:
  • - un tour de taille élevé,
  • - un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie)
  • - un excès de triglycérides dans le sang (hypertriglycéridémie)
  • - une pression artérielle élevée
  • - un taux bas de bon cholestérol.                                                                             
             (NB : La notion de "bon" et "mauvais" cholestérol est sujette a controverse)

A savoir..
 L'international diabete federation (IDF) a proposé une définition plus pragmatique du syndrome métabolique :
elle associe comme critère minimal :
- une obésité abdominale (circonférence de la taille >80cm pour la femme, >94cm pour l'homme => échelle adaptable selon les populations),
à au moins deux facteurs de risque :
• Des TG élevés : >150mg/100ml
• Des HDL abaissé : >50mg/100mL
• Une HTA
• Une Glycémie à jeun augmentée de façon anormale

Cette définition est en 2012 la plus utilisée pour définir le syndrome métabolique.
C'est une stratégie simple, car tout le monde peut mesurer son tour de taille et elle permet une sensibilisation des professions médicales généralistes à ces problèmes de surpoids.



 Quels sont les risques du syndrome métabolique?

Le syndrome métabolique (syndrome de la bedaine) reste longtemps asymptomatique !
Seules une prise de sang, la mesure du tour de taille et de la pression artérielle permettent d'en faire le diagnostic. 


Et pourtant... le syndrome métabolique est à prendre au sérieux. Il peut entraîner de graves conséquences parmi lesquelles on peut citer :
- maladies cardiovasculaires (attaques cardiaques et cérébrales)
- diabète
- troubles gynécologiques (troubles des règles, voire infertilité)
- maladie du foie pouvant aller jusqu'à la cirrhose
- apnées du sommeil.

 Alors,on fait quoi pour l'éviter ce syndrome de la bedaine?


Le syndrome métabolique est avant tout lié au mode de vie, même s'il dépend d'une composante génétique.
Sa prévention et son traitement s'effectue selon trois axes :
- Modification des habitudes alimentaires
- Augmentation de l'activité physique
- Dans certains cas, prise de médicaments


Voici 5 règles proposées par le Dr Boris Hansel, médecin endocrinologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

(Le Dr Boris Hansel a été chargé par le Professeur Eric Bruckert de l'organisation de l'unité de prise en charge du syndrome métabolique au sein du service d'endocrinologie-métabolisme qu'il dirige.)


" Il faut avant tout avoir un objectif réaliste. 

Trop de personnes pensent d’abord aux kilos et au tour de taille avant de se demander ce qu’elles sont capables d’améliorer dans leurs habitudes de vie.
Je propose pour ma part une démarche inverse qui a beaucoup plus de chances d’être efficace à long terme: penser au mode de vie plus qu’au poids.

Il y a plusieurs étapes à franchir


1) En premier lieu, refusez énergiquement et définitivement de suivre tout régime restrictif « miracle » qui prévoit une phase « d’attaque » puis de « consolidation » avec « réintroduction » d’aliments ; sans cette décision, je considère qu’une personne n’est pas prête à progresser durablement. Toute tentative de régime se soldera par un échec et une détérioration de l’état de santé à moyen terme.


2) Il faut ensuite évaluer votre niveau d’activité physique et votre situation alimentaire actuelle.
Cette étape est la plus difficile à franchir. Elle nécessite une « auto-analyse » de votre mode de vie.
Il faut savoir se remettre en question, même quand on est sûr de bien faire !

3) C’est seulement par la suite qu’il faut débuter un programme de rééducation alimentaire progressif.
Sachez commencer par l’essentiel : retrouvez un rythme alimentaire adapté à vos besoins personnels, apprenez à savoir ce que vous consommez…


4) Parallèlement aux progrès diététiques, il est essentiel d’
augmenter votre activité physique.
C’est encore une démarche progressive qui vous mènera au succès.
Dans un premier temps, une seule devise : « Bougez en toute occasion ».


5) Ayez toujours à l’esprit un principe :
gérer son activité physique et son alimentation ne veut pas dire imposer à son corps ce qu’il n’est pas prêt d’accepter à long terme.
Cela signifie qu’il faut en permanence réfléchir chaque jour aux moyens qui permettent de contourner les obstacles de la vie quotidienne.
"



Sources
 http://www.roche.fr/portal/roche-fr/obepi_2012_
 http://www.esculape.com/endocrino/metabolik_syndrom_arcol.html
 http://www.syndromedelabedaine.org/crbst_9.html#anchor-top
 http://www.nsfa.asso.fr/spip.php?article1460
http://www.pcipresse.com/spectrabiologie/wp-content/uploads/2012/05/SB145_27-29.pdf 



Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire