21/02/2015

L'art (délicat) du camouflage par Darkside of the Moon


Vous l’avez sûrement compris de par le titre, je vous parlerais ici d’un art aussi technique qu’indispensable : le camouflage. Ce texte a pour but de donner des principes de base en vue du camouflage d’une personne ou d’un abri, de préférence en dehors d’une ville. 


Je n’aborderai pas le thème des systèmes de vision thermique car il est très difficile de s’en prémunir et surtout parce que la probabilité d’être traqués par de tels systèmes est relativement faible (les essaims de drônes tentant de localiser des survivalistes terrés dans leurs retraites ça me parait très science fiction). Niveau vision de nuit, les militaires utilisent quasi exclusivement des systèmes à amplification de lumière dont je traiterais par la suite.

Pourquoi se camoufler ? Le camouflage est souvent la technique la plus sûre pour contrer une menace, et pour moi c’est celle à essayer avant toute autre action (fuite, défense, négociation, etc…), c’est la première à essayer car elle permet de garder ses forces pour la suite, de s’adapter à l’évolution de la menace et de prendre le temps de la réflexion, de plus c’est une technique qui permet d’éviter le danger au lieu de le fuir ou d’y faire face

Quand se camoufler ? Toujours garder à l’esprit que si une personne ne s’attend pas à vous voir, elle ne vous verra pas, même en passant à 3m de vous. Nos sens sont très aiguisés certes mais ils doivent être actifs afin de fonctionner au mieux, tant qu’on n’est pas traqué un camouflage basique suffit souvent à faire illusion.

Commet se camoufler ? En un mot : FOMECBLOT, c'est-à-dire Forme Ombre Mouvement Eclat Couleur Bruit Lueur Odeur Trace, grâce à cet acronyme on garde en mémoire la totalité des signes pouvant trahir une présence.

1) Forme : L’œil est attiré par les formes non naturelles (lignes droites, formes géométriques), il faut donc au maximum déshumaniser la forme de son corps (bras et jambes, tête et épaules) en adoptant des habits larges et informes (poncho, cape, etc…).

2) Ombres : les ombres peuvent souvent révéler une approche par les arrières (par exemple : un homme se repose au pied d’une falaise, vous vous approchez du rebord de cette falaise, si vous avez le soleil dans le dos une superbe ombre humaine se découpe au sommet de l’ombre projetée par la falaise vous dévoilant instantanément) dans les situations de ce style il faut donc faire attention à la position du soleil afin de pouvoir adapter son approche en en tenant compte.

3) Mouvements : Danger n°1 : chez l’homme les yeux sont instantanément attirés par le mouvement (en fait c’est les mouvements que nous percevons le mieux dans notre champs de vision périphérique), donc l’immobilité est vraiment l’une des bases du camouflage, si l’œil ne détecte pas de mouvement dans son champ de vision périphérique, il n’ira pas regarder.

4)Eclats : tout ce qui reflète la lumière (lame de couteau, gourde, verre de montre…), peut révéler votre position à une très grande distance, en effet un éclat de lumière attire l’œil de manière systématique (mouvement+couleur) d’autant qu’ils sont le plus souvent d’origine humaine. Pour s’en prémunir, il faut recouvrir de tissu ou de scotch tout ce qui pourrait réfléchir la lumière (montre rentrée dans les manches, lame bien dans son fourreau.)

5) Couleurs : de la même manière que pour les formes, l’œil est attiré par toute couleur non naturelle (peau nue par exemple) la rêgle numéro un est donc d’adopter la couleur de son environnement et ce sur toute les parties du corps (port de gants et d’une cagoule, ou d’un filet sur le visage). En France le camo CE est particulièrement adapté, mais il ne faut pas hésiter à l’agrémenter de végétation locale (ça fait plus vrai que nature).

6) Bruits : Arrive à égalité avec le mouvement, c’est souvent le premier signal d’une présence, d’autant plus qu’il est quasi impossible de bouger sans bruit. Ne pas oublier non plus que le vent ne porte pas que les odeurs mais aussi le bruit. Une des solutions est de progresser en terrain dégagé (ligne de chemin de fer par exemple) ou de masquer le bruit de son déplacement par un autre bruit (marche le long d’un cours d’eau par exemple). Faire aussi très attention aux cris d’animaux qui révèlent bien souvent une présence à très longue distance.

7) Lueurs : les lueurs sont la nuit ce que l’éclat est le jour (je sais c'est pas français mais il se fait tard). Elles sont visibles à de très grandes distances. Un autre effet pervers de la lumière est d’éclairer à faible distance tout en plongeant le reste dans les ténèbres, en gros, devant un feu il est impossible de voir au delà de ce que le feu éclaire. Pour moi il faut donc éviter au maximum toute lumière la nuit (pour ce qui est feu, l’éteindre avant le crépuscule, pour ce qui est lampe, en choisir des peu puissantes et si possible avec filtre rouge (ne nuit pas à la vision de nuit). Il faut aussi retenir que nous disposons d’une très bonne vision de nuit (qui nous permet par exemple de marcher sans éclairage) mais qu’il faut 40 minutes minimum pour que nos yeux atteignent leur pleine capacité de vision nocturne.

8) Odeurs : bon là c’est plus les animaux qui risquent de vous détecter à l’odeur (sauf si vous transportez une cargaison de munster à point), en tout cas après plusieurs jours dans la verte vos habits devraient prendre une bonne odeur 100% nature, en ce qui concerne vitre corps, traquez l’odeur de fennec (ou d’homme) en vous lavant régulièrement mais à l’aide de savon non parfumés (le fraîcheur tropical, c’est une odeur pas naturelle du tout).

9) Traces : sans partir dans l’extrême (les chaussures à semelle inversées par exemple) il est préférable de laisser le moins de traces possibles de son passage (les emballages d’Ovo…..ne ça incite le crève la dalle à remonter à la source), en enterrant ses ordures ou ses « besoins » par exemple. De la même manière si vous vous sentez suivis évitez les belles traces de rangers au contour bien net dans la boue.


Quelques autres principes de base :

-Si vous pouvez voir c’est que vous pouvez être vu
-Ne jamais choisir le camouflage au détriment de la mobilité
-Les meilleures matériaux pour se camoufler sont ceux sur lesquels vous êtes couché (herbe, feuilles mortes, fougères, bogues de châtaigne, euh non en fait pas bogue de châtaigne).
-Le meilleur camouflage se choisit après une bonne observation de son environnement
-Toujours se planquer confortablement : l’attente peut durer longtemps.

Trois type de situations qui demandent un camouflage plus ou moins évolué :

1) Évitement d’une menace : exemple, un groupe de personnes se dirige dans ta direction sans avoir remarqué ta présence, tu dois les laisser passer afin de pouvoir continuer ta route. Dans ce cas le groupe ne s’attend pas à ta présence, leurs sens ne sont pas plus en éveil que d’habitude.
Dans cette situation il faut se cacher (en plongeant dans la verte et en s’allongeant), s’allonger et ne pas bouger. Les indices qui peuvent le plus facilement trahir une présence dans ce cas sont dans l’ordre : Bruit, Mouvement, Forme, Couleur.

2) Mettre fin à une traque : là tu as clairement affaire à des gens qui te cherchent, leurs sens seront donc bien plus affûtés, l’urgence est donc de fuir pour se retrouver dans le premier cas (évitement d’une menace, ils ont perdu ta trace). Là il faut faire bien attention au Bruit que tu fais et aux Traces que tu laisses, si tu as à traverser une rivière, profites-en pour brouiller les pistes en ressortant à un endroit qui ne laissera pas de traces (rocher par exemple) après avoir laissé des traces dans une fausse direction (banc de sable).

3) Chasser : vu que la plupart des bestioles disposent de sens bien plus affûtés que les nôtres, c’est dans cette situation que le camouflage devient un art. L’attention doit se porter sur l’odeur (attention au sens du vent) ainsi que sur le bruit. Le truc aussi c’est d’habituer les animaux à sa présence en se mettant à l’affût pendant longtemps. Je pense que les chasseurs de ce forum sauront fournir de meilleurs conseils que moi pour cette situation.

Cas des systèmes de vision nocturnes :

Je ne parlerais pas ici des systèmes thermiques qui demandent le plus souvent un refroidissement des optiques et ne sont vraiment pas à la disposition du pékin moyen. Comme instrument auquel on peut éventuellement avoir à faire face, il y a donc les systèmes à amplification de lumière ou à infrarouge. Dans les deux cas il s’agit d’instruments qui fournissent une image monochrome, donc quelle que soit la couleur ça ne fait pas la différence. Ce qui est très important par contre c’est la Forme (il est très facile de distinguer ce qui n’est pas naturel) ainsi que les lueurs (là c’est vraiment très très trop facile à repérer). Attention aussi aux ombres parce que ce type d’optiques fait clairement apparaître les ombres portées (par la lune par exemple). 

Ce qu’il faut faire : s’allonger sans bouger (minimise l’ombre portée ainsi que le bruit), éteindre toute lueur (feu, lampes, et même montre phosphorescente), essayer de prendre la forme la plus naturelle possible (en s’enterrant par exemple). Au pire, si on est vraiment découvert, un joli flash bien puissant en pleine optique (lampe torche ou appareil photo pourquoi pas) devrait rendre inutilisables à moyen terme le système ainsi que les rétines de son opérateur.

Mon matos pour me camoufler :
A partir du moment ou je passe en mode discret, je passe un bon vieux treillis camo CE, déjà ça limite les chances qu’un œil non entraîné ne me repère. Ensuite, si besoin, je me recouvre d’un chèche en filet camouflé de 1m par 2 (que je porte autour du cou le reste du temps), l’avantage du filet c’est que ça permet d’accrocher dessus plein de feuilles, branches et autres plantes, ça donne rapidement et à moindre frais un camouflage des plus efficace, eh oui c’est tout

Pour le post crash, je compte me confectionner une ghillie (tenue de sniper) afin d’augmenter mes chances d’attraper du gibier, je vous tient au jus de la suite de ce projet.
<=Un chèche du même type que celui que j'ai <=Un mec en ghillie


Le mot de la fin (je ne me rappelle plus de qui c'est) :
Le plus discret dans le désert n’est pas un groupe d’homme en tenue sable mais une caravane de bédouins.

Darkside of the Moon

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire