03/01/2013

Stocker de la nourriture ! par Zapata


Peut-être faut-il trouver un juste milieu, entre celui qui n'a que la nourriture de sa journée dans le placard, et celui qui a entreposé des centaines de kilogrammes de toutes les denrées de base, chez lui (cas fréquent aux USA, mais vu leur embonpoint, c'est peut-être utile...).


Plus sérieusement, disposer de quoi tenir un mois me semble un bon minimum. Et l'on peut faire rentrer cela dans un placard ou un meuble de cuisine.

On peut aussi décider de monter à trois ou six mois de stocks. Au-delà, se posera le problème de la place occupée.

De quoi tenir, c'est à la fois de l'eau (qui vous manquera bien plus vite que la nourriture), et de quoi manger.

L'eau est indispensable pour s'hydrater (compter deux litres par jour, en activité modérée), pour cuisiner (compter deux litres de plus), et utile pour se laver (cinq litres pour une toilette intégrale, avec de l'entraînement), ou pour laver son linge...

La qualité de l'eau à usage interne doit être absolue (boisson, cuisine, lavage des dents). Pour les autres usages, externes (toilette, lessive), sans être polluée, elle peut être non-potable.

L'emballage en verre, malgré sa fragilité, est le meilleur (neutralité chimique, réutilisation presque infinie...).

Ne pas stocker sous la forme de gros conditionnements unitaires, car en cas de défaut d'un emballage, la perte est trop grande. Le conditionnement unitaire au kilogramme est une bonne moyenne, il me semble.

Pour l'eau on peut envisager la bouteille de deux litres et la bonbonne de cinq litres. Plus gros, l'eau stagne trop longtemps, dans un emballage désormais ouvert, avant d'être consommée (surtout sans réfrigérateur). Ce qui précède (conditionnement de l'eau) étant dit pour une personne seule.

Les conserves déjà prêtes (ratatouille niçoise, flageolets, haricots blancs au jus...) font économiser de l'eau de préparation, et sont un apport hydrique complémentaire non-négligeable. De plus, elles évitent le temps et le combustibles nécessités par la cuisson. Par contre, leur poids est important.

Certaines conserves durent très longtemps (les sardines à l'huile), au point qu'il en existe de millésimées, vendues cher, car d'un goût supérieur aux plus récentes...

Pour stocker de la nourriture, les règles de base sont : à l'abri de la lumière, avec un taux d'humidité aussi bas que possible, et une température fraîche (pas froide), avec une bonne ventilation, et l'absence totale de vapeurs de produits chimiques (solvants des peintures, etc.).

Pour acheter au mieux, il y a les promotions du genre : pour une achetée, une autre est offerte, etc.

On peut aussi profiter des achats importants, pour avoir des remises.

Si l'on prend les articles par cartons d'emballage complets, la manutention est facilitée

Attention aux fausses bonnes affaires :

La promotion située en bout de gondole qui est plus chère que le même produit placé dans le linéaire (se fier au prix au kilo ou au litre).

Autre arnaque, le produit vendu moins cher en petit conditionnement qu'en plus grand conditionnement (supposé être pourtant plus économique).

Quand le menu est assez peu varié (riz, pâtes, riz, pâtes...), on retardera la saturation des consommateurs en jouant sur les préparations (épices variées, condiments originaux, garnitures nouvelles...).

Dans de telles circonstances, l'imagination du cuistot est le facteur clé d'une prise alimentaire ludique...

Zapata




Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire