21/03/2015

Idées reçues quand à la gestion des dépouilles mortelles lors de catastrophes




En parcourant ce kit de formation publié par l'URD (qui aide les acteurs humanitaires à intégrer des considérations environnementales dans le développement de leurs programmes ainsi que dans la planification, la conception et la mise en œuvre de leurs activités), le module n°5 m'a interpellé car il traite entre autres de la gestion des dépouilles mortelles lors de catastrophes et revient sur certaines idées préconçues.

Étant sur un forum survival-sceptique,et n'ayant jamais été confronté à une telle situation ,certains d'entre vous peuvent-ils confirmer ou infirmer ces propos
?

Informations pour le public
1. Les dépouilles provoquent-elles des épidémies ?
Les dépouilles des victimes d’une catastrophe naturelle ne provoquent pas d’épidémies,car les personnes meurent par suite de blessure, de noyade ou de brûlure. Au moment de leur mort, elles ne sont pas porteuses de maladies infectieuses pouvant provoquer des épidémies, comme le choléra, la typhoïde, le paludisme ou la peste.
2. Quels sont les risques sanitaires pour la population?
Les risques pour la population sont négligeables, du moment qu’elle ne touche pas nine manipule les corps. Cependant, il existe un faible risque de diarrhée lié à la consommation d’eau contaminée par les matières fécales libérées par les corps. Une désinfection de routine de l’eau destinée à la boisson suffit à prévenir toute maladie transmise par l’eau.
3. Les dépouilles peuvent-elles contaminer l’eau ?
Potentiellement oui. Les corps libèrent souvent des matières fécales, qui peuvent contaminer les rivières ou autres sources d’eau, causant des maladies diarrhéiques.
Cependant, les personnes éviteront en général de boire de l’eau d’une source si elles pensent qu’elle a pu contenir des dépouilles.
4. La vaporisation de désinfectant ou de chaux sur les corps est-elle utile?
Non, elle n’a aucun effet. Elle n’accélère pas la décomposition et n’offre aucune protection.
5. Les responsables locaux et les journalistes disent que les dépouilles risquent de propager des maladies. Ont-ils raison ?
Non. De nombreux professionnels et les médias méconnaissent les risques que représentent les dépouilles après une catastrophe naturelle. Même les travailleurs sanitaires locaux ou internationaux sont souvent mal informés et contribuent à répandre des rumeurs infondées

Informations pour les travailleurs
6. Ceux qui manipulent les dépouilles courent-ils un risque ?
Les personnes qui manipulent les dépouilles (secouristes, personnel funéraire, etc.)courent un faible risque de contracter la tuberculose, l’hépatite B et C, le VIH et des maladies diarrhéiques. Cependant, les agents infectieux responsables de ces maladies ne survivent pas plus de deux jours dans une dépouille (sauf le VIH, qui peut survivre jusqu’à six jours). Ces risques peuvent être réduits en portant des bottes en caoutchouc et des gants et en respectant une hygiène de base (c’est-à-dire en se lavant les mains).
7. Les travailleurs devraient-ils porter un masque?
L’odeur des corps en décomposition est désagréable, mais ne constitue pas un risque sanitaire dans les endroits bien aérés, et le port d’un masque n’est pas requis pour des raisons sanitaires. Cependant, les travailleurs peuvent se sentir plus à l’aise psychologiquement s’ils portent des masques. Le public ne devrait pas être activement encouragé à en porter.
http://www.urd.org/Kit-de-formation-integrer-l
http://www.urd.org/IMG/zip/Module_5_francais.zip


http://www.le-projet-olduvai.com/t7466-idees-recues-quand-a-la-gestion-des-depouilles-mortelles-lors-de-catastrophes#130770 

Réactions :

1 commentaires:

Félicitations pour le rythme de parution de nouveaux articles, et merci à vous pour le temps et le travail que vous donnez à la communauté de vos lecteurs.
Cordialement
Tom personne

Enregistrer un commentaire