03/04/2014

Bambou par Aristote

               Bambou...Oui, du bambou ici, dans son jardin, cela peut devenir utile. 

Voici mes petites plantations.



 
       
Le bambou est une plante qui possède de nombreuses qualités et je pense qu’il a toute sa place dans la quête à la résilience. Il résiste presque à tout et il est utile pour des milliers de choses.
D’abord, il faut savoir que le bambou est une plante et non un arbre. Il est principalement composé de cellulose.

Il a de nombreuses vertus et notamment :
- Il est bon pour la planète car il absorbe une grande quantité de carbone (gaz à effet de serre), mais ce qu’il faut savoir aussi c’est qu’il produit 4 à 5 fois plus d’oxygène qu’un arbre.
- Il est léger, flexible, résistant, il retient et filtre l’eau, il lutte contre l’érosion..etc. Bref, il est une bonne alternative au bois et en plus sa culture nécessite peu d’apport en énergie.
Je pourrai aisément lui donner d’autres qualités à savoir qu’il peut aussi se manger en rhizome, il a des vertus médicinales et surtout, il est très malléable.

C’est donc une bonne chose d’en avoir dans son jardin surtout qu’il est très facile à faire pousser. Mais attention, il peut devenir envahissant c’est pourquoi il vaut mieux délimiter son extension. J’ai lu quelque part qu’on pouvait par exemple creuser un fossé de 70cm autour de la zone choisie et mettre de la tôle ondulée dans le fossé. Même si la tôle finit par rouiller, à la longue elle sera efficace car le bambou va renoncer au bout d’un certain temps à vouloir franchir la zone. (Pout être honnête, je n’ai pas vérifié l’efficacité de cette technique)

Ce bambou, une fois poussé, il faut le récolter. Il vaut mieux attendre l’hiver pour le couper car il a moins de sève et sèche plus vite ainsi. Contrairement à ce que l’on peut croire, le bambou ne se réutilise pas avant un bon séchage et il est donc nécessaire de lui trouver un endroit semi-ombragé. Si celui-ci est utilisé sans séchage, il fend plus facilement. Une technique aussi consiste à le tremper pendant 3 mois pour éviter les insectes xylophages et ensuite aller le sécher à l’air. C’est surprenant, mais cette façon de procéder favorise le processus de séchage.

Pour utiliser le bambou, on peut le fendre :

C’est facile, car les fibres sont dans le sens de la longueur. On peut donc obtenir des segments de petite taille.
On peut soit prendre un couteau en prenant appui sur le bambou à la vertical et le couteau placé horizontalement. Le bambou va donc se fendre progressivement sur toute sa longueur.

Il existe un outil à fendre très pratique en forme d’étoile :


 
Je n’en possède pas, mais avec un peu de soudure c’est facile à fabriquer.
J’ai quelqu’un qui m’en avait prêté un et ça marche très bien.



Vous me direz, pourquoi le fendre.
Personnellement je l’utilise parfois pour mon jardin pour soutenir mes concombres ou mes haricots de cette manière :

   
                              
Mais il y a plein d’autres façons de l’utiliser :

   
                                       





 Il y en a qui avant de le fendre préfère l’écorcer avec une plane. Car sa paroi extérieure contient de la silice en grande quantité et c’est ce qui le rend rigide. Mais moi je préfère qu’il soit rigide tout en restant flexible. Et comme je l’utilise pour le jardin avec la silice, il supporte mieux les intempéries.



Par contre on l’écorce pour lui donner plus de souplesse afin de l’utiliser en vannerie.

 


Une technique consiste aussi à fumer le bambou pour le rendre plus résistant, plus flexible et pour le protéger aussi des insectes xylophages. Si vous voulez vous pouvez aussi lui appliquer de l’huile de lin pour lui donner de la brillance.


On peut aussi cintrer un bambou :

Pour cela, celui-ci doit être vert et il y a deux techniques :

¤ Le cintrage à chaud :

http://www.labambousaie.com/html/bambou_potentiel.html

Il faut savoir que si l’on tord un bambou, il va reprendre sa forme initiale. En chauffant la zone à courber, cela va avoir pour conséquence de la rigidifier.
On bloque le bambou dans un étau et avec un chalumeau ou un feu de bois, il faut chauffer du côté de la partie que l’on veut courber vers l’intérieur.

 

Attention de ne pas brûler le bambou et pour cela faire des mouvements de va et vient. On saisit ensuite l’autre extrémité pour le plier petit à petit tout en continuant à appliquer la flamme.
Une fois que l’on a obtenu la forme, il faut mouiller cette partie chauffée pour la refroidir de façon progressive afin d’éviter que le bambou fissure.
On ponce un peu la partie noircie pour l’éclaircir, mais seulement une fois sèche.

¤ Cintrage à froid :


En faisant des entailles avec une scie à l’endroit où l’on veut couder.
Pour cela on doit calculer la courbe que l’on veut donner au bambou et de cela dépendra le nombre d’entailles à faire.

 

Pour un angle à 90° la formule est :
(Diamètre du bambou) X (π/2) = V
La valeur V étant proportionnelle à l’angle que l’on veut obtenir. Mais il faut aussi prendre soin de diviser V par l’épaisseur de la scie pour obtenir le nombre d’entailles à réaliser. Plus la courbe sera forte et plus les entailles devront être rapprochées. Allez, je ne suis pas vache, mrsgreen  je vous donne un exemple. De tout de façon si je me trompe je connais des éminents puits de science sur le forum qui se délecteront pour rectifier.

Exemple :
Diamètre du bambou = 3cm.
Selon la formule : (3) X (3,14 / 2) = 4,71cm. Sauf erreur de ma part, les 4,71cm représentent la distance sur laquelle on doit faire les entailles. Donc plus l’angle sera aigu et plus cette distance sera importante.
Si l’épaisseur de la scie = 0,2cm, on fait 4,71cm divisés par 0,2cm, ce qui correspond à environ 23 entailles sur une distance de 4,71 cm.

Les intervalles de ces entailles doivent être réguliers.
Important, il ne faut pas scier le bambou trop profondément afin d’éviter qu’il se casse. Pour cela, on arrête de scier au moins à ¼ du diamètre du bambou.
Ensuite on remplit les entailles de colle forte naturelle et on courbe le bambou à l’angle souhaité. Sous cette action, les entailles vont se résorber et la colle va figer l’angle en se durcissant.
Il faut ensuite attacher avec une corde les deux extrémités pour attendre qu’il se rigidifie. Penser en attachant à donner un angle plus prononcé pour avoir l’angle souhaité un fois sec. Voilà  Sleep

Pour info j’ai jamais essayé ce n’est que théorique, car les bambous que j’ai planté sont encore trop minces alors si certains ont des bambous de bonne taille, ils peuvent essayer et nous tenir au courant pour voir si ça fonctionne bien.

Perçage du bambou :

Pour percer un trou dans un bambou il vaut mieux au préalable amorcer celui-ci avec un poinçon.



Ne pas percer de part en part mais successivement deux trous opposés pour éviter les fissures.

Un mot sur l’opercule du bambou :



Ce sont les nœuds et ils sont très utiles car ils donnent au bambou une résistance. Par exemple si on fait un meuble il est sage de garder le nœud au pied du meuble pour éviter que le pied ne se fende. Donc cet opercule sera la partie qui touche le sol. Ou bien si on fait des poteaux, cet opercule sera au sommet pour éviter que la pluie s’immisce dedans et le pourrisse. Par contre, il vaut mieux enlever cet opercule si on le plante dans le sol car celui-ci va accentuer la prise au sol et faire éclater le bambou.

On peut faire d’innombrable choses avec le bambou il suffit d’être un peu curieux et de chercher sur le web. Voici quelques exemples originaux :
On peut même se construire un vélo avec, si si..
http://vuc33.blogspot.fr/2012/07/construire-son-velo-en-bambou-cest.html

Ou si vous souhaitez faire un arc :
http://ceciletoxo.free.fr/arcbambou.html

On peut aussi fendre le bambou pour obtenir des lames, les assembler et réaliser un treillis similaire à celui qu’on utilise pour le béton. (Treillis soudé)
Notre ami ASH en avait parlé, ci-joint le lien : http://www.le-projet-olduvai.com/t2847-beton-et-compagnie
En espérant que ce petit exposé vous donne envie de planter du bambou et de l’utiliser. Mais encore une fois attention, c’est envahissant.


http://www.le-projet-olduvai.com/t7433-bambou#130248

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire